Le contenu de cette page est potentiellement obsolète.

Le wiki sert d'archive et certaines pages ne représentent plus la vision actuelle du Parti Pirate. Pour connaître les positions des Pirates, aujourd'hui, vous pouvez consulter :

Et pour toute autre question, vous pouvez nous contacter et discuter avec nous :

contact@partipirate.org | @PartiPirate sur Twitter | Parti Pirate sur Facebook | Discourse (espace libre d'échanges et discussions) | Discord (espace d'échanges instantanés textuel et vocal)

LO-2016-01-11

De Wiki du Parti Pirate
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LO suivant


Lundis Opinions du 11 Janvier 2016

Ouverture à 21:00 par flct sur mumble

Participants


Outils

Thème de la soirée

M85378.jpg

Du contrat social (Amorçage[Société, Institutions, Solidarité])

Que nous soyons hobbesien, lockéen ou rousseauiste, comment faire société ensemble, sur quelles valeurs communes? Quels objectifs devrions nous fixer en tant que civilisation à l'échelle planétaire ?


Selon Hobbes

La conception hobbesienne du contrat social, présentée dans le Léviathan (1651), s’inscrit dans une logique sécuritaire. L’état de nature est défini comme une « guerre de tous contre tous » dans lequel chacun, guidé par son instinct de conservation, cherche à préserver sa vie. Le contrat social intervient donc pour assurer la sécurité, c’est-à-dire au fond la vie de chacun, en aliénant les libertés individuelles des uns sur les autres. L’État est donc là pour rompre avec l’état de nature en restreignant les droits de chacun. Hobbes prévoit toutefois un droit de résistance aux abus de l’État, lorsque ce dernier met en péril la vie de ses sujets. La vie peut être invoquée comme principe supérieur à la valeur du contrat, car c’est pour sa sauvegarde que l’État a été instauré.

Selon Locke

Locke formule sa théorie du contrat social dans le Second Traité du gouvernement civil (1690), d’après une logique libérale. L’état de nature est caractérisé selon lui par les droits naturels que sont la liberté individuelle et la propriété privée, chacun voulant préserver sa liberté et ses biens. Le contrat social intervient pour garantir ces droits naturels, pour assurer leur sauvegarde. L’État est donc instauré pour garantir l’état de nature (caractérisé par la jouissance par tous de leurs droits naturels) en lui donnant une sanction légale. Locke prévoit un droit de résistance aux abus de l’État, lorsqu’il met en péril la liberté et la propriété qu’il doit sauvegarder. Comme la vie chez Hobbes, la liberté et la propriété peuvent ici être invoquées contre l’État, car le contrat social vise justement à les sauvegarder. On retrouve chez Locke l'abandon de la volonté de tous à un certain nombre d'instances chargées d'organiser la vie publique : l'exécutif (qui comprend également le pouvoir judiciaire), le législatif et le fédératif (qui correspondrait aujourd'hui aux affaires extérieures). Le contrat lockéen est établi pour diminuer les conflits, et non pour établir la paix comme dans le contrat social de Hobbes.

Selon Rousseau

La conception que Rousseau se fait de l'état de nature est complexe : l’homme est naturellement ni bon ni mauvais mais rapidement la société le corrompt, jusqu'à ce que chacun agisse bientôt égoïstement en vue de son intérêt privé. Le contrat social, tel qu'il est théorisé dans Du Contrat social (1762), a pour but de rendre le peuple souverain, et de l’engager à abandonner son intérêt personnel pour suivre l’intérêt général. L’État est donc créé pour rompre avec l’état de nature, en chargeant la communauté des humains de son propre bien-être. Le contrat social rousseauiste est davantage proche du contrat hobbesien en ce qu’il vise lui aussi à rompre avec l’état de nature (le contrat lockéen visant, lui, à le garantir par un cadre légal). Mais, à la différence de Hobbes comme de Locke, le contrat social rousseauiste ne charge pas un tiers de la sauvegarde de la vie ou de la liberté et de la propriété de chacun, mais charge les citoyens eux-mêmes de cette sauvegarde par le principe de la volonté générale. Le contrat rousseauiste est un pacte d’essence démocrate, dans lequel le contrat social n’institue pas un quelconque monarque, mais investit le peuple de sa propre souveraineté.

Revue de presse

Décès de Pierre Boulez, grand bâtisseur de la musique du XXe siècle

Le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez est décédé mardi à l’âge de 90 ans. Le monde de la musique contemporaine perd un créateur, un bâtisseur, un interprète et un pédagogue de génie.

http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/deces-de-pierre-boulez-grand-batisseur-de-la-musique-du-ia0b0n3256221


Opinions

Kalfurion

Il est possible de remettre en question la notion d'état. Il n'est pas un préalable obligatoire à une organisation effective d'un ensemble d'individu.

Mariemini

Contradiction entre la liberté de l'individu et les excès du droit de propriété.

Distinguons entre état et loi qui s'impose à tous, règle supérieure ou règle du jeu communément acceptée (état nation/fédération). La règle n'est pas forcément transcendance. Je me pose la question de la validité du modèle de cercles autonomes qui se coordonneraient face à la puissance des grandes organisations étatiques ou capitalistiques intégrées et plus puissantes que beaucoup d'états.

La règle de la société, de droit n'a pas d'existence sans pouvoir être imposée, or ce sont les puissants qui l'imposent. D'où l'inefficacité de l'ONU. Il faudrait un droit qui respecte les intérêts de chacun non des seuls puissants, on en est loin. Comment faire?

Flct

Vivre décemment à la hauteur des progrès technologiques de l'époque considérée

Civilisation trop jeune avec des perspectives trop limitées pour établir de véritables stratégies de rupture vers un nouveau système.

e

pour moi la premiere serait... faut-il vouloir faire société...

   (imho a ce stade on a deja 'perdu')
   
   aussi civilisation ou sylvilisation?
     (on developpe sans probleme!)

taille des 'echelles' quelles proportions? locales //taille humaine planetaire.. quelle proportion..

"Vivre décemment à la hauteur des progrès* technologiques de l'époque considérée" nous dit frederic... envie de patcher un peu!

Vivre décemment à la hauteur des progrès* technologiques en termes de qualités des relations de l'époque considérée

voire mieux... à la hauteur de l'etat present en terme de qualité des comprehensions et relations entre humains (et tous et univers) pour l'epoque considérée... (a ameliorer)

  (la notion de 'progrés' me semblant souvent peu pertinente..)

Leuko

Il existe autrement des états organisés en fédérations. Chaque état fédéral au sein de la nation peut élaborer ses propres lois, posant le problème de choix très en contradiction entre deux états voisins : choix d'abolition ou d'adoption de la peine de mort, politiques énergétiques ou environnementales.

  • Les cultures grecques te romaines antiques ont donné l'exemple de vie en société régie par peu de loi, mais le problème de la représentation des idées et des principes de vie étaient alors remis aux débats sur l'Agora, où les gens les plus éduqués et les meilleurs orateurs sont ceux qui prennent le dessus dans le débat.
  • Si le soucis de la gouvernance est de laisser les pouvoirs de décisions aux mains des hommes, alors il est possible d'envisager ce que serait une société régie par des intelligences artificielles dont le pouvoir de gouvernance serait placé au-dessus de toute organisation humaine, ayant pour but de préserver l'intérêt général (de la planète par exemple) sans prendre en compte les intérêts individuels (des humains). La notion fait figure de fiction mais est déjà discutée et débattue par des gens comme Elon Musk et Stephen Hawking (http://www.bbc.co.uk/news/technology-30290540).
  • Vivre décemment à la hauteur des progrès technologique de l'époque considérée (from flct) : on avance dans cette direction avec l'instauration de revenus minimums pour tous (Hollande, Finlande, et initiatives proposées par des régions en France.)

L'adoption de revenus minimums, qui pourraient devenir systématiques et dont le montant pourrait évoluer afin d'assurer plus que le minimum comme moyen de subsistance à chacun. L'élévation graduelle de ces revenus rendrait à terme l'argent obsolète, car l'argent ne serait plus qu'une "unité de compte et non une réserve de valeur" (flct).

Synthèse de la soirée

Nous avons tous constatés que nous ne vivons pas dans une société idéale. L'objectif de cette soirée était de nous amener à lréfléchir sur ce qui nous pousse à faire société et quelles régles devrions nous mettre en place. Toutefois, bien que nous soyons à peu près tout d'accord qu'une société s'impose à nous, il nous a semblé important d'établir que sans objectif il n'y a pas de solutions à trouver. Notre société se construit pour des objectifs qui ne concernent pas l'ensemble de la société mais une minorité qui en aurait pris le pouvoir. Nous avons mis aussi en évidence le besoin de système de transition pour éviter " l'effet révolution "

Fin de la séance à 23:30

Ressources

Vidéos

Livres

Sites internet

Dossiers