AGD2016/Propositions amendements au programme

De Wiki du Parti Pirate
Aller à : navigation, rechercher
Logo PP
PROGRAMME
Le Portail du programme du Parti Pirate
Nous, Pirates, avons comme objectif de promouvoir et défendre le droit à l’éducation et l’information, l’accès au patrimoine scientifique, technique et culturel, les libertés individuelles et collectives, et la transparence de l’édifice démocratique. Nous luttons, entre autres, contre la criminalisation des citoyens dans les domaines du savoir ou de la culture.

Notre devise est : Liberté, Démocratie, Partage.

Notre programme se construit en permanence grâce à des outils de démocratie participative.


Date limite des dépôts : 12 Juin 2016 au soir
Date limite des soutiens : Jeudi 16 Juin au soir


Sommaire


Agriculture

Suppression du point de programme "Bouilleurs de cru"

Suppression du point de programme "Bouilleurs de cru"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange farlistener gna Larose75 Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Bouilleurs_de_cru
Résumé : Le point de programme concernant les Bouilleurs de cru est non argumenté, non chiffré et non applicable. Aucune étude d'impact, aucune explication sur le problème rencontré ou à résoudre
Proposition : Je propose la suppression du point "Bouilleurs de cru" du programme du Parti Pirate
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : un des points certes un peu farfelus du programme mais quelle belle position! Pour ce qui concerne les chiffres : c'est ceux du degré d'alcoolémie que vous voudriez voir apparaître ? Tuxun est pour laisser ces positions, c'est un début, mais c'est déja tout un programme ;)
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Agriculture
Avis :



Suppression du point de programme "Protection des ressources halieutiques et de l'industrie halieutique"

Suppression du point de programme "Protection des ressources halieutiques et de l'industrie halieutique"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener gna Larose75 Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Protection_des_ressources_halieutiques_et_de_l'industrie_halieutique
Résumé : Le point concernant la "Protection des ressources halieutiques et de l'industrie halieutique" n'est ni chiffré, ni documenté. En l'état, elle est inapplicable et non défendable.
Proposition : Je propose la suppression du point "Protection des ressources halieutiques et de l'industrie halieutique" du programme du Parti Pirate
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : Un lien vers la discussion autour de ce point
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Agriculture
Avis :



Droits Fondamentaux

Suppression du point de programme "Mettre en place un revenu de base"

Suppression du point de programme "Mettre en place un revenu de base"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener gna, Tuxun Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Mettre_en_place_un_revenu_de_base
Résumé : Le point de programme "mettre en place un revenu de base" est un doublon d'un point plus complet et voté en 2014 "Revenu de base".
Proposition : Le point de programme "Mettre en place un revenue de base" est supprimé, gardé au profil du point "Revenu de base".
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel :
Lien vers le débat : Lien du point "Revenu de base" à garder : https://wiki.partipirate.org/Revenu_de_base
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Suppression du point de programme "Supprimer les allocations chômage au profit du revenu de base"

Suppression du point de programme "Supprimer les allocations chômage au profit du revenu de base"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener, gna, Tuxun, Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Supprimer_les_allocations_ch%C3%B4mage_au_profit_du_revenu_de_base
Résumé : Le point de programme "Supprimer les allocations chômage au profit du revenu de base" est intégré au point plus complet et voté en 2014 "Revenu de base".
Proposition : Le point de programme "Supprimer les allocations chômage au profit du revenu de base" est supprimé, gardé au profil du point "Revenu de base".
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel :
Lien vers le débat : Lien du point "Revenu de base" à garder : https://wiki.partipirate.org/Revenu_de_base
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Suppression du point de programme "Faire bénéficier les citoyens de l’exploitation des ressources naturelles"

Suppression du point de programme "Faire bénéficier les citoyens de l’exploitation des ressources naturelles"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener, gna, gregopirate, Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Faire_b%C3%A9n%C3%A9ficier_les_citoyens_de_l%E2%80%99exploitation_des_ressources_naturelles
Résumé : Le point de programme "Faire bénéficier les citoyens de l’exploitation des ressources naturelles" est totalement inadapté à la situation de la France et met en doute la faisabilité du revenu de base. Il n'y a pas de définition du terme "ressource naturelle" ni de l'impact sur le niveau d'un revenu de base en France avec ce principe.
Proposition : Le point de programme "Faire bénéficier les citoyens de l’exploitation des ressources naturelles" est supprimé, gardé au profil du point "Revenu de base".
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : Actuellement, il suffit déjà de mettre une bouteille d'eau dans son jardin pour pouvoir la revendre au plus offrant... Dystopique (contre) : Tuxun: qu'est ce qui nous protége de Nestlé? [1]de l'industrie? [2]
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Protection des travailleuses et des travailleurs du sexe et réforme des lois concernant la prostitution

Protection des travailleuses et des travailleurs du sexe et réforme des lois concernant la prostitution
Auteur(s) Soutiens
OSB npetitdemange, gna, farlistener, Tuxun, Relf
Wiki :
Résumé : amendement au programme concernant la protection des travailleuses et travailleurs du sexe.
Proposition : La loi n° 2016-444 du 13 Avril 2016 dite « contre le système prostitutionnel » est abrogée. Elle est remplacée par un ensemble législatif permettant d'aider les personnes en situation de prostitution et les travailleuses et travailleurs du sexe, qui tient compte de la diversité de leurs situations concrètes et qui sera élaboré en concertation avec elles.


Abrogation de tous les arrêtés interdisant ou réprimant l'activité des travailleuses et des travailleurs du sexe sur le territoire à l'échelle locale, régionale ou nationale.

Restitution des biens confisqués aux personnes prostituées par les pouvoirs publics et réparation des préjudices subis.


Les personnes qui exercent une activité économique basée sur l'érotisme, la pornographie ou impliquant des rapports sexuels consentis entre elles-mêmes et d'autres personnes sont libres de l'exercer dans les conditions qu'elles ont déterminé pour le faire. Il ne pourra être porté atteinte à ce droit par des pressions ou des chantages exercés sur elles ou sur leur clientèle.


Instauration d'un statut professionnel légal de travailleur du sexe, incluant les activités de ces personnes, et ouvrant les droits sociaux afférents, notamment en matière d'assurance maladie, de maternité, de congé parental, de congé payé et de retraite.


Les travailleurs du sexe ont toujours le droit de choisir ou de refuser leurs clients et de définir leurs pratiques. Les actes de violence, de torture et de barbarie sont condamnés dans le contexte du travail sexuel dans les mêmes termes que dans n'importe quel autre contexte. Le harcèlement sexuel ou moral et le sexisme sont condamnables dans le cadre du travail sexuel de la même façon que dans toute autre activité professionnelle.


Tous les travailleurs du sexe ont droit à la même protection juridique, notamment contre les différentes formes d'abus et d'exploitation dont ils peuvent faire l'objet, quels que soient leur sexe, leur genre, leur orientation sexuelle, leur origine ou leur nationalité.


Modification des articles 225-5 et 225-6 du code pénal relatifs au proxénétisme afin d'en exclure les personnes apportant une aide aux personnes prostituées, notamment lorsqu'elles sont elles-mêmes travailleuses du sexe, lorsque ce sont leurs enfants, leurs amis ou leurs compagnons, et qu'ils n'exercent aucune contrainte sur la personne qui se prostitue et sur son activité. Modification de ces articles afin que soient en revanche considérées comme proxénètes les personnes qui utilisent la situation de prostitution d'une personne pour lui imputer des majorations sur le prix de biens ou de services.


Abrogation des dispositions législatives portant sur la censure des sites internet offrant aux travailleuses et aux travailleurs du sexe un lieu de rencontre avec leurs clientèles. Élaboration, en concertation avec les associations représentatives des travailleurs du sexe et des personnes prostituées, d'une plateforme officielle permettant aux travailleuses et aux travailleurs du sexe qui le souhaitent de rencontrer leurs clients dans un cadre safe.


Modification de l'article 225-10 du code pénal relatif à la tenue d'établissements et de lieux de prostitution, afin d'autoriser l'existence de tels établissements sous une forme autogérée. Les travailleuses et les travailleurs du sexe sont libres de s'associer pour détenir en commun, gérer, faire fonctionner et financer ensemble des lieux recevant du public et où ils exercent leur activité. Ils sont libres d'exercer dans de tels établissements, mais ils n'y sont pas contraints.

Des formations d'assistants sexuels, travailleuses et travailleurs du sexe pourront être proposées au sein de tels établissements en direction des personnes qui en font la demande explicite et motivée. Nul ne pourra se voir proposer d'emblée une telle formation dans le cadre d'une recherche d'emploi ou d'une orientation professionnelle.

Inclusion dans le code du travail de toutes les réglementations spécifiques à l'activité de travailleur du sexe, comme pour toute activité professionnelle. La rédaction de ces articles aura lieu en concertation avec les syndicats et associations des travailleurs concernés.


Les mineurs en situation de prostitution bénéficient d'un dispositif d'aide spécifique et complet offert par les services sociaux et associatifs compétents. Ils ne peuvent être enregistrés professionnellement comme travailleurs du sexe, mais ne peuvent pas être poursuivis ou inquiétés en raison de leur activité. Les articles de loi relatifs à l'exploitation de la prostitution des mineurs demeurent par ailleurs en vigueur.


Création dans chaque Centre Gratuit d’information, de Dépistage et de Diagnostic situé en milieu sensible d'une antenne spécialisée dédiée à la prostitution et au travail sexuel, opérant en concertation avec les associations de travailleurs du sexe et de prévention contre le VIH, et disposant des moyens nécessaires à son fonctionnement.


Création d'un suivi médico-social ouvert aux personnes qui souhaitent en bénéficier, incluant des possibilités de formation scolaire et professionnelle et de reconversion. Ces dispositifs sont placés en direction des personnes qui en expriment le besoin et répondent à des situations précises. Elles ne sont pas proposées par défaut ni rendues obligatoires.
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : Réponse aux points soulevés dans la section dystopic : Les remarques me semblent justes. Elles ont été prises en compte dans la version consolidée. Dystopique (contre) : Des propositions très bonnes, juste trois mots en trop " réparation des préjudices subis" => très difficile à chiffrer, à évaluer, à mettre en oeuvre de manière juste (quid des prostituées en situation irrégulière).

"nul ne peut mutiler son corps à des fins prostitutionnels", mériterait de réapparaitre dans ce texte.

Tuxun: On a rien de plus global protégeant les personnes contre elle même plutot que quelque chose a définir par la commission des "concernés"?
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : http://forum.partipirate.org/assemblee-generale-2015-f423/protection-des-travailleuses-des-travailleurs-sexe-t12246.html
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Suppression du point de programme "Droits du travailleur du sexe"

Suppression du point de programme "Droits du travailleur du sexe"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener gna Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Droits_du_travailleur_du_sexe
Résumé : Le point de programme concernant les Droits du travailleur du sexe est trop léger et mérite un approfondissement. Une proposition bien plus sérieuse est proposé au vote pour cette assemblée générale.
Proposition : Je propose la suppression du point "Droits du travailleur du sexe" du programme du Parti Pirate
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Pré-majorité et droit de vote des mineurs

Pré-majorité et droit de vote des mineurs
Auteur(s) Soutiens
OSB npetitdemange Relf
Wiki :
Résumé : Beaucoup de ces propositions reprennent les revendications de l'Association pour la Capacitation Juridique des Adolescents et la Pré-Majorité. Elles s'appuient aussi sur l'état du droit dans de nombreux pays plus avancés.
Proposition : Les jeunes âgés de quinze ans révolus disposent d'un statut de pré-majorité, spécifique de l'adolescence qui reconnaît le fait qu'ils sont sortis de l'enfance, et leur ouvre le champ des libertés et des responsabilités.


Capacité juridique

Les jeunes gens de quinze ans révolus ont le droit de réaliser et de faire réaliser pour eux-mêmes et en leur propre nom les actes administratifs de la vie courante. Ils ont le droit de porter plainte, de se défendre et d'ester en justice. Leurs parents ne peuvent les contraindre à réaliser ces actes ni les réaliser ou les faire réaliser à leur place sans leur consentement.


Droit de vote

Les jeunes gens âgés de quinze ans peuvent s'inscrire sur les listes électorales et participer à tous les scrutins à l'échelle locale et nationale. Ils peuvent également se présenter aux différentes élections.


Droit d'association

Les adolescents pré-majeurs disposent du droit de fonder sans la signature de leurs parents des associations, des coopératives ou des sociétés, et d'y participer en tant que membres ou en tant que responsables.


Droit à la vie privée

Les jeunes gens âgés de quinze ans disposent du droit à la vie privée. Ils disposent du droit de choisir leurs amis et leurs fréquentations. Leur correspondance ne peut être ouverte, leurs échanges électroniques ne peuvent être surveillés, leur intimité ne peut être épiée par quiconque, ils ne peuvent faire l'objet de dispositifs de vidéosurveillance placés dans les habitations.


Sexualité

Les adolescents âgés de quinze ans ont le droit de vivre leurs expériences sexuelles comme ils l'entendent. Leur orientation et leur identité de genre doit être respectée. Ils ne peuvent être contraints à suivre des traitements dans le but de les faire changer.

Ils disposent du libre accès aux productions à caractère érotique lorsque ces dernières ne présentent pas de violence particulière ni de caractère sexiste ou mettant en scène des formes de discrimination.


Droit d'aller et venir

Les adolescents pré-majeurs ont le droit d'aller et venir librement, de sortir du domicile familial et de se rendre où ils veulent comme ils le souhaitent pourvu qu'ils ne se mettent pas en danger. Ils sont responsables d'eux-mêmes.


Droit à l'auto-détermination

Les jeunes pré-majeurs ont le droit de choisir eux-mêmes l'orientation de leurs études. Leurs parents ne peuvent les inscrire contre leur gré dans des établissements scolaires, des internats ou des institutions.

Les adolescents pré-majeurs ne peuvent être contraints par leurs responsables légaux à suivre des traitements médico-psychologiques s'ils ne le souhaitent pas, ni à suivre sauf en cas de danger vital un traitement médical qu'ils refusent.


Liberté de pensée

Tous les jeunes quel que soit leur âge sont libres de penser et d'exprimer leurs points de vue.

Les jeunes gens de quinze ans révolus peuvent adhérer à une organisation politique sans autorisation parentale. Ils ont le droit de participer à des activités religieuses de leur choix, et d'exprimer leurs convictions. Ils ne peuvent être contraints à participer à des cultes ou à suivre des idées religieuses qu'ils ne partagent pas. Leurs idées sont prises en compte et respectées.


Ces dispositions ne rendent pas caduques les devoirs spécifiques des pouvoirs publics et des responsables légaux vis à vis des mineurs de dix-huit ans, notamment dans le domaine de l'éducation, de l'accès aux connaissances et dans le cadre du droit international.
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : Réponse aux arguments dystopiques : L'astuce est justement de créer un statut spécifique de pré-majeurs pour les ados. Il ne s'agit pas de descendre simplement l'âge de la majorité, mais de tenir compte de la période de transition entre l'enfance et l'âge adulte. Une version consolidée tient compte des résistances rencontrées en apportant des nuances et des garanties. Dystopique (contre) : non Médicalement, nous sommes des enfants jusqu'à 15 ans et légalement jusqu'à 16 (18 puis 21) ans. Question : quel astuce sera retenu/décidé/appliqué pour faire co-existé tout ces états (légaux) de faits ?
Document optionnel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pré-majorité http://www.pre-majorite.fr/
Lien vers le débat : http://forum.partipirate.org/assemblee-generale-2015-f423/pre-majorite-droit-vote-des-mineurs-t12247.html
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Reconnaître le vote blanc

Reconnaître le vote blanc
Auteur(s) Soutiens
Zidjinn OSB, gna, npetitdemange, gregopirate, Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Reconnaître_le_vote_blanc
Résumé : Actuellement l'Art 1. de la loi n° 2014-172 du 21 février 2014 visant à reconnaître le vote blanc aux élections, expose ceci :
  • « Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. »
  • « Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. »
  • « Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc. »
Proposition : Proposition d'amendement (Programme Parti-Pirate):
  • « Une information sur les modalités du vote blanc est affichée à l'entrée du bureau de vote. »
  • « Est un suffrage exprimé le vote par un bulletin nominatif ou par un bulletin blanc. » Ceci supprime donc le point : « Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. »
  • « Pour le second tour de l’élection présidentielle, est un suffrage exprimé le vote par un bulletin nominatif. »
Argumentaire
Budget prévisionnel : 0€
Utopique (pour) : * Le vote blanc est distinct du vote nul.
  • Cette mesure permettrait un retour aux urnes de nombre d'électeurs dont la voix et l'avis ne sont pas pris en compte.
  • Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Au second tour deux candidats sont en lice (article 7 de la Constitution). Dans ce cas précis, sauf à changer la Constitution, les bulletins blancs ne peuvent être comptabilisés dans les suffrages exprimés
Dystopique (contre) : /C'est quoi ce #foutagedegueule !!!
Cela a été refusé lors de l'AGD2014 de s'appliquer dans les statuts #faitcequejeditPascequejefais #Politicard2mes2 #CrédibilitéZéro
Document optionnel :
Lien vers le débat : https://wiki.partipirate.org/Discussion_utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Reconnaître_le_vote_blanc
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Droits électoraux des résidents étrangers et des naturalisés

Droits électoraux des résidents étrangers et des naturalisés
Auteur(s) Soutiens
Zidjinn OSB, gna, npetitdemange, Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Droits_électoraux_des_résidents_étrangers_et_des_naturalisés
Résumé :
* Actuellement (Loi n°98-404 du 25 mai 1998)
  • Art.1 : « Les citoyens de l'Union européenne résidant en France, autres que les citoyens français, peuvent participer à l'élection des conseillers municipaux dans les mêmes conditions que les électeurs français, sous réserve des dispositions de la présente section. »
  • Art.2 : « Sont en outre éligibles au conseil municipal ou au Conseil de Paris les ressortissants des Etats membres de l'Union européenne autres que la France  »
  • Art.5 : « Chaque fois qu'une liste comporte la candidature d'un ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France, la nationalité de celui-ci est portée sur la liste en regard de l'indication de ses nom, prénoms, date et lieu de naissance.  »
  • Art.6 : « Dans les communes soumises au mode de scrutin prévu au chapitre III du présent titre, les bulletins de vote imprimés distribués aux électeurs comportent, à peine de nullité, en regard du nom des candidats ressortissants d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France, l'indication de leur nationalité. »
  • Actuellement (Convention sur la participation des étrangers à la vie publique au niveau local, COE.int, Strasbourg, 05/02/1992)
  • Chaque Partie s'engage, [...] à accorder le droit de vote et d'éligibilité aux élections locales à tout résident étranger, [s'il a] résidé légalement et habituellement dans l'Etat en question pendant les cinq ans précédant les élections. (source : Convention sur la participation des étrangers à la vie publique au niveau local (COE.int, Strasbourg, 05/02/1992)
  • Le dispositif est divisé en trois parties qui ne sont pas toutes obligatoires pour les Etats signataires. Le Gouvernement n'a pas l'intention de signer cette convention. (source : JO Sénat du 24/09/1992 - page 2174 , Senat.fr)
Proposition : Proposition d'amendement (Programme Parti-Pirate):
Argumentaire
Budget prévisionnel : 0€
Utopique (pour) :
  • En France, la directive a été transposée par la loi organique n° 98-404 du 25 mai 1998, et les ressortissants des pays de l'Union européenne ont pu voter aux élections municipales pour la première fois en 2001. Quant aux autres étrangers, quelle que soit la durée de leur séjour dans notre pays, ils sont exclus du droit de vote.
  • Depuis 16 ans (2000), le Sénat, dont les membres sont majoritairement opposés à la proposition de loi, n’inscrit pas le texte à son ordre du jour.
Dystopique (contre) : /
Document optionnel :
  • En 2012, le droit de vote des étrangers aux élections locales figure parmi les 60 propositions du candidat François Hollande à l’élection présidentielle. Une proposition qui, selon plusieurs sondages, recueillerait désormais l’avis favorable d’une majorité de Français.
  • Suède, Danemark, Pays-Bas, Luxembourg et Belgique et plusieurs cantons suisses : Octroient le droit de vote à tous les étrangers qui résident sur leur territoire depuis quelques années ;
  • Suède, Danemark, Pays-Bas, Luxembourg et Belgique : ont respectivement élargi le droit de vote aux élections locales à tous les étrangers en 1975, 1981, 1983, 2003 et 2004. Ce droit est subordonné à une durée minimale de résidence comprise entre trois et cinq ans.
  • Irlande : L'Irlande ne subordonne pas le droit de vote des étrangers à une durée minimale de résidence. Initialement, l'exercice de ce droit était subordonné à une condition de résidence d'au moins six mois dans le pays. La loi électorale de 1992 a supprimé cette condition, propre aux étrangers, de sorte que ces derniers doivent désormais remplir les mêmes conditions de résidence dans la circonscription et d'inscription sur les listes électorales que les nationaux. (source : Étude de législation comparée n° 154 - Le droit de vote des étrangers aux élections locales, Senat.fr, Décembre 2005)
Lien vers le débat : https://wiki.partipirate.org/Discussion_utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Droits_électoraux_des_résidents_étrangers_et_des_naturalisés
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Référendum d'initiative populaire

Référendum d'initiative populaire
Auteur(s) Soutiens
Zidjinn gna, npetitdemange, Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Référendum_d'initiative_populaire
Résumé :
Cette proposition reprend certains point de l'ex-programme-compatible du Parti-Pirate abrogé le 30 novembre 2014 (Programme unifié).

Il était rédigé de la sorte : « Tout électeur ou comité d’initiative a le droit de proposer une modification de la législation ou de la Constitution (ou l’adjonction d’une nouvelle disposition). Il doit obtenir à cet effet la signature de 2 % des électeurs en l’espace de 18 mois. Si l’initiative aboutit le projet est soumis à référendum pour une ratification devant le peuple français. »

  • Actuellement, en France, le référendum d'initiative populaire, c'est-à-dire le référendum organisé à l'initiative d'une fraction du corps électoral, n'est pas prévu par la Constitution. En effet, celle-ci attribue l'initiative du référendum au président de la République, que le référendum ait lieu dans le cadre de l'article 11 (promulguées le 6 décembre 2013) ou dans celui de l'article 89.
  • Actuellement, en France, la modification de l’article 11 de la Constitution, introduite par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, crée une possibilité d'intauration d’une initiative législative, conjointe à 1/5è des membres du Parlement (soit 184 députés et/ou sénateurs) et à un 1/10è (44,6 millions) des électeurs français. Actuellement (2016), Le Gouvernement n’a rendu public aucun projet de loi organique relatif à l’application de cette nouvelle disposition constitutionnelle. Le « référendum d’initiative partagée » constitue une avancée dans ce domaine, et les Français ne comprendraient pas qu’il soit la seule innovation issue de la révision constitutionnelle de 2008 à ne pas entrer en vigueur. (source : RAPPORT par M. Guy GEOFFROY, du 17 avril 2013)
  • Actuellement aussi, au niveau Européen, l’article 11 du Traité de Lisbonne, dispose que « des citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins, ressortissants d’un nombre significatif d’États membres, peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission européenne, [...] à soumettre une proposition [...] ».
  • Actuellement, en Suisse, l’initiative populaire est un droit civique qui permet à un nombre donné de citoyens de proposer qu'un texte soit soumis en votation populaire. « Les initiatives populaires sont le moteur de la démocratie directe car elles n’émanent ni du Parlement ni du Gouvernement mais directement des citoyens ». (Sources : https://www.bk.admin.ch/themen/pore/vi/index.html?lang=fr ). Introduit au niveau fédéral dans la Constitution de 1848, ce droit est considéré comme le moteur de la démocratie directe car elles n’émanent ni du Parlement ni du Gouvernement mais directement des citoyens. Le recours à l'initiative populaire s'est fait à plus de 200 reprises au cours des XIXe et XXe siècles, avec cependant près de 90 % de rejet. (Sources : https://www.ch.ch/fr/initiatives-populaires/ )
Proposition :
* Proposition d'amendement (Programme Parti-Pirate):
  • Une initiative populaire est un droit civique qui permet à un nombre donné de citoyens de proposer qu'un texte soit soumis en votation populaire.
  • Les initiatives populaires sont le moteur de la démocratie directe car elles n’émanent ni du Parlement ni du Gouvernement mais directement des citoyens.
  • Une initiative populaire est mise en oeuvre à la demande de 356 800 électeurs soit 0,8 % des électeurs (si révision de la Constitution) ou de 223 000 électeurs soit 0,5 % des électeurs (si adoption d'une loi ordinaire). .
  • Une initiative populaire peut être lancée par tout électeur ayant le droit de vote en France. Français de l’étranger inclus.
  • Vous devez tout d’abord constituer un comité d’initiative, composé de 7 personnes ayant le droit de vote au minimum.
  • Le comité rédige le texte de l’initiative (qui peut être une proposition conçue en termes généraux ou celle d’un projet définitif rédigé) en français, assorti d’un titre.
  • Le texte est soumis au Bureau de l'Assemblée nationale. Le comité soumet également un modèle de liste pour la récolte de signatures et une déclaration écrite de ses membres, par laquelle ils attestent irrévocablement leur qualité de membre du comité d’initiative.
  • Le Bureau de l'Assemblée nationale (après une éventuelle saisine du Conseil constitutionnel pour examen de la conformité du texte à la Constitution) contrôle si le titre de l’initiative populaire ainsi que les listes de signatures respectent les exigences légales, et rend une décision sur cet examen préliminaire.
  • La décision fait l’objet d’une publicité officielle. À partir de ce moment-là, le comité a 18 mois pour récolter 223 000 signatures (si adoption d'une loi ordinaire) ou au moins 356 800 signatures (si révision de la Constitution)
  • Le comité finance tous les frais de mise au point et d'impression des listes de signatures, ainsi que les éventuelles affiches, publicités, stands publics et toute autre activité liée à la récolte des signatures. (Coût estimé : 140 000€ par initiative)
  • La création d’une commission d'initiative populaire (fonctionnant sensiblement de la même manière que les commissions d’enquête) peut-être mise en place lors d'une des sessions ordinaire, dans les six semaines qui suivent le dépot de l’initiative afin de suivre l'évolution de l'initiative.
  • Les lois organiques, les lois ordinaires, les ordonnances législatives, décrets en conseil d’État, décrets simples, arrêtés ministériels peuvent être abrogées par référendum d'initiative populaire au niveau national.
  • Les arrêtés préfectoraux peuvent être abrogées par référendum d’initiative populaire au niveau de la préfecture/département.
  • Les arrêtés municipaux peuvent être abrogées par référendum d’initiative populaire au niveau de la commune.
  • Une initiative populaire désirant être lancée au niveau des instances européennes l'est via l'(http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/welcome?lg=fr )Initiative Citoyenne Européenne], (Les règles et procédures relatives à l'initiative citoyenne sont énoncées dans un règlement de l'UE adopté en février 2011 par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne.) .
Argumentaire
Budget prévisionnel : 140 000€ par initiatives pour les initiateurs.
Utopique (pour) :
  • La proposition d'initiative législative Parlement+Electeurs n'est pas un droit réel d’initiative citoyenne puisque, à la différence de l’Union Européenne, l’appel citoyen se doit d’être accompagné du soutien d’un nombre sensiblement élevé de parlementaires, ce qui en réduit considérablement le champ d’application. Et il n’a à proprement parler, pas l’initiative de la loi.
  • Les députés ont estimé que la fixation d'un tel seuil pour les propositions de loi référendaires de l'article 11 de la Constitution pourrait engendrer une « dissymétrie » peu satisfaisante avec les référendums initiés par le Président de la République pour lesquels aucun seuil de participation n'est exigé. (Source: https://www.senat.fr/rap/l07-463/l07-4631.html, 2 mai 2016)
  • Condorcet disait à propos de l’article 1er du titre VIII du projet de constitution girondine : « Lorsqu’un citoyen croira utile ou nécessaire d’exciter la surveillance des représentants du peuple sur des actes de Constitution, de législation ou d’administration générale, de provoquer la réforme d’une loi existante ou la promulgation d’une loi nouvelle, il aura le droit de requérir le bureau de son assemblée primaire, de convoquer au jour de dimanche le plus prochain pour délibérer sur sa proposition. » (source: http://www.dircost.unito.it/altriDocumenti/docs/17930215__progettoDiCostitiuzioneGirondina.pdf)
  • Dans d'autres pays, le référendum organisé à la demande d'une fraction du corps électoral peut être abrogatif (abroger des textes déjà en vigueur) et/ou consultatif (connaître l'opinion des électeurs, mais n'a aucune valeur contraignante).
  • Le référendum d'initiative populaire donne aux électeurs un droit de veto sur certains textes que le Parlement vient d'adopter.
  • La procédure est mise en oeuvre à la demande de 500 000 électeurs en Italie (soit 1/100è de 51 millions d'électeurs), de 50 000 électeurs en Suisse (soit 1/100è de 5.26 millions d'électeurs), et d'un nombre d'électeurs égal à 5% des personnes ayant participé à la dernière élection du gouverneur en Californie (Soit 433 771 électeurs (Source : Vincent Dubois, Le Contrepoint Européen, www.edifree.fr) ).
  • Pour empêcher ce dispositif de paralyser le législateur, ce dernier peut, en Suisse et en Californie, qualifier une loi d'urgente. En Suisse, l'urgence annule l'effet suspensif de la demande de référendum et permet à la norme attaquée d'entrer immédiatement en vigueur, tandis que, en Californie, elle la soustrait définitivement au champ du référendum. De plus, la Constitution californienne exclut qu'une demande de référendum puisse être présentée contre certaines lois, en particulier contre les lois fiscales ou budgétaires.
Dystopique (contre) : / Des doutes sur le coût estimé - fixer un plafond serait plus cohérent et sûr sur le plan de l'équilibre budgétaire
Document optionnel :
  • Engagement pris par Nicolas Sarkozy lors de la campagne électorale présidentielle de 2007. (source : « Une Vème République plus démocratique », page 74.)
  • Italie : Les lois en vigueur peuvent être abrogées par un référendum d'initiative populaire (Possible pour lois constitutionnelles, par calà exclut les lois fiscales et budgétaires, les lois d'amnistie et de remise de peine, et toutes les lois autorisant la ratification de traités internationaux. Pour que la norme contestée soit abrogée, il faut, d'une part, que la majorité des votants approuve la proposition et, d'autre part, que la participation électorale atteigne 50 %.).
  • Suisse : Une fraction du corps électoral peut, par référendum, demander l'adoption de textes législatifs (Possible pour les lois fédérales et les arrêtés fédéraux les plus importants).
  • Californie : Une fraction du corps électoral peut, par référendum, demander l'adoption de textes législatifs (Possible pour presque toutes les lois en Californie. une telle initiative doit être présentée par un nombre minimal d'électeurs égal à 8 % (si révision de la Constitution) ou à 5 % (si adoption d'une loi ordinaire) des personnes ayant participé à la dernière élection du gouverneur. ).
  • Belgique : Etudie la possibilité d'instaurer un référendum « consultatif » d'initiative populaire.
  • Liste des initiatives ayants aboutit (Suisse) : https://www.admin.ch/ch/f/pore/vi/vis_2_2_5_3.html
Lien vers le débat : https://wiki.partipirate.org/index.php?title=Discussion_utilisateur:Zidjinn/AGD2016:Propositions_amendements_au_programme/Droits_Fondamentaux/Référendum_d'initiative_populaire
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Droit à Mourir dans la Dignité

Droit à Mourir dans la Dignité
Auteur(s) Soutiens
farlistener gna, npetitdemange, Relf
Wiki :
Résumé : Dans le cadre des libertés, il y a, en France, la liberté fondamentale à mourir selon sa conscience et ses conditions qui reste encore à "conquérir". Nous devons avoir le choix, selon notre conscience, de pouvoir décider de notre propre mort à tout moment, ce qui dans un certain nombre de cas n'est pas possible sans la participation de tiers, qui sont aujourd'hui pénalement responsables.
Proposition : Le Parti Pirate soutient que chaque citoyen a le droit de mourir dans la dignité selon sa conscience, ses choix, ses termes, ses conditions, ou, dans le cas d'une incapacité constatée, à faire respecter les directives anticipées qu'il aurait confiées à un tiers.

A cet effet, le Parti Pirate soutient l'action de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité et reprend les modifications de la loi préconisées par celle-ci :

EXPOSE DES MOTIFS

Depuis des décennies, la prise de conscience, par une majorité de citoyens, des problèmes liés à la fin de vie en France a permis d’initier des débats et d’aboutir à la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Cependant, en 2011, on meurt toujours mal en France malgré cette loi qui, bien que consacrant une évolution positive concernant la place faite aux malades et aux mourants, et contrairement aux assertions de son auteur, est loin de régler toutes les situations. Notre législation permet de « laisser mourir », alors que 94% de la population interrogée (sondage IFOP – octobre 2010) approuve le recours à l’euthanasie. Un rapport publié par The Economist classe la France, parmi 33 pays de l’OCDE étudiés, au 12ème rang des pays dans lesquels on meurt le mieux, derrière notamment les pays qui ont été les premiers à légaliser l’euthanasie (Pays-Bas et Belgique). Par ailleurs, selon l’étude MAHO (Mort à l’Hôpital) publiée en 2008, les soignants considèrent que seulement 35% des décès s’y déroulent dans des conditions acceptables. Selon l’ancien président de la Société de réanimation de langue française, ce sont 15 à 20 000 arrêts des soins qui sont pratiqués chaque année en France sur des patients en réanimation, conduisant à une mort certaine, sans avoir la connaissance de leur volonté. Il est impensable que le législateur se satisfasse de pratiques qui sont de l’ordre de la « transgression », revendiquées par certains philosophes ou membres du corps médical. Il convient donc, en réponse aux souhaits lucides et responsables de nos concitoyens, de modifier la loi actuelle et d’autoriser dans le droit français, dans un cadre rigoureux et humain, l’euthanasie et le suicide assisté, dans le cas de pathologies avérées à tendances invalidantes telles qu’elles sont définies à l’article 1er de la présente proposition de loi. Mais nul ne peut se targuer de savoir par avance quelle sera réellement, lorsqu’il sera arrivé à la fin de sa vie, sa volonté ; c’est pourquoi la présente proposition de loi de légalisation de l’aide active à mourir inclut également, comme dans les pays du Benelux, un dispositif relatif à l’accès universel aux soins palliatifs, ce qui implique davantage de moyens et un maillage complet du territoire. Chacun se verra ainsi reconnaître le droit d’aborder sa fin de vie dans le respect des principes de liberté, d’égalité et de fraternité qui fondent notre République.

ARTICLE 1er

L’article L. 1110-9 du code de la santé publique est complété par un alinéa ainsi rédigé :

Toute personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale, même en l’absence de diagnostic de décès à brève échéance, atteinte d’au moins une affection accidentelle ou pathologique avérée, grave, incurable et/ou à tendance invalidante et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constante et inapaisable ou qu’elle juge insupportable, peut demander à bénéficier, dans les conditions strictes prévues au présent titre, d’une aide active à mourir ou d’un suicide assisté.

ARTICLE 2

Il est inséré, à la suite de l’article L. 1110-9 du même code, un article ainsi rédigé :

Article L. 1110-9-1 : Est réputée décédée de mort naturelle en ce qui concerne les contrats où elle est partie la personne dont la mort résulte d’une aide active à mourir ou d’un suicide assisté mis en œuvre selon les conditions et procédures prescrites par le code de santé publique. Toute clause contraire est réputée non écrite.

ARTICLE 3

Après l’article L. 1111-10 du même code, il est inséré un article ainsi rédigé :

Article L. 1111-10-1 : Lorsqu’une personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale, même en l’absence de diagnostic de décès à brève échéance, atteinte d’au moins une affection accidentelle ou pathologique avérée, grave, incurable et/ou à tendance invalidante et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constante et inapaisable ou qu’elle juge insupportable, demande à son médecin le bénéfice d’une aide active à mourir ou d’un suicide assisté, celui-ci doit s’assurer de la réalité de la situation dans laquelle se trouve la personne concernée. Après examen du patient, étude de son dossier et, s’il y a lieu, consultation de l’équipe soignante, le médecin doit faire appel, pour l’éclairer, dans un délai maximum de 48 heures, à un autre praticien de son choix. Les médecins vérifient le caractère libre, éclairé, réfléchi et constant de la demande présentée, lors d’un entretien au cours duquel ils informent l’intéressé des possibilités thérapeutiques, ainsi que des solutions alternatives en matière d’accompagnement de fin de vie. Les médecins peuvent, s’ils le jugent souhaitable, renouveler l’entretien dans les 48 heures. Les médecins rendent leurs conclusions sur l’état de l’intéressé dans un délai de quatre jours au plus à compter de la demande initiale du patient. Lorsque les médecins constatent au moins une affection accidentelle ou pathologique avérée, grave, incurable et/ou à tendance invalidante et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constante et inapaisable ou que la personne juge insupportable, et donc la situation d’impasse thérapeutique dans laquelle se trouve la personne ainsi que le caractère libre, éclairé, réfléchi et réitéré de sa demande, l’intéressé doit, s’il persiste, confirmer sa volonté, le cas échéant, en présence de la ou des personnes de confiance qu’il a désignées. Le médecin respecte cette volonté. L’acte d’aide active à mourir, pratiqué sous le contrôle du médecin, par lui-même ou, dans le cas d’un suicide assisté, par le patient, s’il le souhaite et est en capacité de le faire, en milieu hospitalier ou au domicile du patient ou dans les locaux d’une association agréée à cet effet, ne peut avoir lieu avant l’expiration d’un délai de deux jours à compter de la date de confirmation de la demande. Toutefois, ce délai peut être abrégé à la demande de l’intéressé si le médecin estime que cela est de nature à préserver la dignité de celui-ci telle qu’il la conçoit pour lui-même. L’intéressé peut, à tout moment et par tout moyen, révoquer sa demande. Les conclusions médicales et la confirmation de la demande sont versées au dossier médical. Dans un délai de huit jours ouvrables à compter du décès, le médecin qui a apporté son concours à l’aide active à mourir ou au suicide assisté adresse à la commission régionale de contrôle prévue à la présente section un rapport exposant les conditions du décès. A ce rapport sont annexés les documents qui ont été versés au dossier médical en application du présent article ; la commission contrôle la validité du protocole. Le cas échéant, elle transmet à l’autorité judiciaire compétente.

ARTICLE 4

L’article L. 1111-11 du même code est ainsi rédigé :

Article L. 1111-11 : Toute personne majeure et capable peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d’état d’exprimer sa volonté. Ces directives anticipées indiquent les souhaits de la personne relatifs à sa fin de vie. Elles sont révocables à tout moment. Le médecin doit les respecter car elles demeurent valables sans conditions de durée. Dans ces directives, la personne indique ses souhaits en matière de limitation ou d’arrêt de traitement. Elle peut également indiquer dans quelles circonstances elle désire bénéficier d’une aide active à mourir, ou d’un suicide assisté, telle que régie par le présent code. Elle désigne dans ce document la ou les personnes de confiance chargées de la représenter et qui auront accès à son dossier médical. Les directives anticipées sont inscrites sur un registre national automatisé tenu par la commission nationale de contrôle des pratiques relatives au droit de mourir dans la dignité, instituée par l’article L. 1111-14 du présent code. Toutefois, cet enregistrement ne constitue pas une condition nécessaire pour la validité du document. En complément, un fichier national des directives anticipées géré par un organisme indépendant des autorités médicales, est créé dès la promulgation de la présente loi. Une association peut être habilitée par arrêté à gérer ce fichier national. Les autorités médicales ou tous médecins ont l’obligation de consulter ce fichier dès lors qu’une personne en phase avancée ou terminale d’au moins une affection reconnue grave et incurable ou dans un état de dépendance incompatible avec sa dignité est admise dans un service hospitalier. La directive anticipée ainsi que le nom de la ou des personnes de confiance sont enregistrés sur la Carte vitale des assurés sociaux.

ARTICLE 5

Après l’article L. 1111-13 du même code sont insérés deux articles ainsi rédigés :

Article L. 1111-13-1 : Lorsqu’une personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale, même en l’absence de diagnostic de décès à brève échéance, atteinte d’au moins une affection accidentelle ou pathologique avérée, grave, incurable et/ou à tendance invalidante et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constante et inapaisable ou jugée insupportable se trouve dans l’incapacité d’exprimer une demande libre et éclairée, elle peut néanmoins bénéficier d’une aide active à mourir, à la condition que cette volonté résulte de ses directives établies dans les conditions mentionnées à l’article L. 1111-11. La ou les personnes de confiance saisissent de la demande le médecin. Après examen du patient, étude de son dossier et, éventuellement, consultation de l’équipe médicale soignante assistant au quotidien l’intéressé, il fait appel pour l’éclairer à un autre praticien de son choix. Le médecin établit dans un délai de quatre jours au plus à compter de leur saisine pour avis un rapport indiquant si l’état de la personne concernée correspond aux conditions exprimées dans ses directives anticipées auquel cas elles doivent être respectées impérativement. Lorsque le rapport conclut à la possibilité d’une aide active à mourir ou d’un suicide assisté, la ou les personnes de confiance doivent confirmer la volonté constante du patient. Le médecin respecte cette volonté. L’acte d’aide active à mourir ne peut intervenir avant l’expiration d’un délai de deux jours à compter de la date de confirmation de la demande. Dans un délai de huit jours ouvrables à compter du décès, le médecin qui a apporté son concours à l’aide active à mourir ou au suicide assisté adresse à la commission régionale de contrôle prévue à la présente section un rapport exposant les conditions du décès. A ce rapport sont annexés les documents qui ont été versés au dossier médical en application du présent article ainsi que les directives anticipées ; la commission contrôle la validité du protocole. Le cas échéant, elle transmet à l’autorité judiciaire compétente.

Article L. 1111-13-2 : En cas de pronostic vital engagé à très brève échéance, le médecin peut, après en avoir informé la commission régionale qui se réserve la possibilité de dépêcher auprès de lui un médecin-conseiller, ramener l’ensemble du protocole à quatre jours.

ARTICLE 6

L’article L. 1111-12 du même code est ainsi rédigé :

Lorsqu’une personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale, même en l’absence de diagnostic de décès à brève échéance, atteinte d’au moins une affection accidentelle ou pathologique avérée, grave, incurable et/ou à tendance invalidante et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constante et inapaisable ou jugée insupportable et hors d’état d’exprimer sa volonté a désigné une personne de confiance en application de l’article L. 1111-6, l’avis de cette dernière prévaut sur tout autre avis, y compris médical, à l’exclusion des directives anticipées, dans les décisions d’investigation, d’intervention ou de traitement prises par le médecin. La personne de confiance a le même droit d’accès au dossier médical que le titulaire.

ARTICLE 7

Le dernier alinéa de l’article L. 1110-5 du même code est ainsi complété :

Le médecin n’est pas tenu d’apporter son concours à la mise en œuvre de l’aide active à mourir ou du suicide assisté ; dans le cas d’un refus de sa part, il doit, dans un délai de deux jours, s’être assuré de l’accord d’un autre praticien et lui avoir transmis le dossier. Des listes départementales de médecins volontaires seront tenues par la commission nationale de contrôle des pratiques relatives au droit de mourir dans la dignité, instituée par l’article L. 1111-14 du présent code.

ARTICLE 8

L’article L. 1110-9 du même code est ainsi rédigé :

Toute personne en fin de vie, dont l’état le requiert et qui le demande, a un droit universel d’accéder à des soins palliatifs et à un accompagnement. Chaque département français et territoire d’outre-mer doit être pourvu d’unités de soins palliatifs en proportion du nombre de ses habitants.
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : Les Français-es sont favorables à cette loi, il n'y a que les ultra-conservateurs et la peur qu'ils suscitent qui empêchent un débat serein sur la question. => trois fallacies dans une seule phrase, c'est un formidable exercice de style... Dystopique (contre) : Nous sommes dans une société ultra-libérale qui met une pression insidieuses sur les "inutiles" économiques (personnes âgées, malades, handicapés physiques et mentaux). Le risque de dérive n'est pas tant du côté des services médicaux qui pour la plupart sont extrêmement conscients des enjeux et des limites du débat, que du côté de ces personnes elles-mêmes à qui la société transmet le message qu'ils sont "un poids", qu'ils coûtent cher en argent pour la collectivité et en temps et en affection pour leurs proches. Tant qu'il n'y aura pas eu une réelle remise en question de ce système économique malsain, la question du suicide assisté ne peut être une option.
Document optionnel : http://www.admd.net/ , http://www.admd.net/les-objectifs/faire-evoluer-la-loi.html
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux, Santé
Avis :



Changement de constitution

Changement de constitution
Auteur(s) Soutiens
Flu-Flu gna, farlistener, npetitdemange, gregopirate, Relf
Wiki :
Résumé : S’engager à élaborer un processus de ré-écriture de notre constitution pour la rendre conforme à l’aspiration démocratique des français. Cela impliquerait de faire du lobbying vers les députés tant que nous n’avons pas de pirates élus. Si nous avons des pirates élus, ils pourront œuvrer dans le cadre de leur mandat.
Proposition : Ce qu’ont mis en place les Islandais peut être notre inspiration:

En préambule, lancer des débats sur notre identité, notre société (se définir en tant que peuple) et quel contrat social nous, Français, voulons voir inclus dans la nouvelle constitution.

Organiser deux assemblées populaires :

- Une première sur les attentes des citoyens français, sur le fond de la constitution. La majorité de ces citoyens seraient sélectionnés au hasard, d’autres choisis par la société civile pour leur action, compétences, expertises.


- Une deuxième grande assemblée de personnes choisis au hasard dans le registre national pour une sorte de débat populaire dont les acteurs changeraient de groupes de discussion régulièrement.

En Islande, 1000 personnes ont étés convoqués pour une population 300000. -

(Nous sommes 65 000 000 de Français ( 2013) ce qui ferait 216 000 personnes. Je n’ai pas d’infos sur le choix du ratio. Les personnes étaient dédommagées financièrement pour pouvoir participer).


- Créer une assemblée constitutive

Ces 2 assemblées populaires ont jeté les bases de travail pour l'assemblée constitutive a parité H/F élue par un système de vote incontestable, validées par le parlement.

(en Islande 24 citoyens pour 300 000 habitants).

Les personnes élues ont étés temporairement dispensés de travailler.

Les réunions plénières ont été relayées en direct à la TV. Tout le monde a pu envoyer des suggestions sur facebook et sur un site dédié.


- Organiser un référendum validant la nouvelle constitution finalisée
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : farlistener: Statistiquement pour une marge d'erreur de 1%, il faut et il suffit de 9000 personnes, tirées au hasard, pour constituer une assemblée représentative de la population. Hop là 205.000 personnes à dédommager en moins Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Droits Fondamentaux
Avis :



Écologie

Suppression du point de programme "Encadrer et sortir progressivement du nucléaire pour la production d’électricité"

Suppression du point de programme "Encadrer et sortir progressivement du nucléaire pour la production d’électricité"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange farlistener gna Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Encadrer_et_sortir_progressivement_du_nucl%C3%A9aire_pour_la_production_d%E2%80%99%C3%A9lectricit%C3%A9
Résumé : Le point de programme "Encadrer et sortir progressivement du nucléaire pour la production d’électricité" est point qui mériterait d'être véritablement abordé, pas une simple phrase vide de sens, sans objectif ni chiffrage.
Proposition : Le point de programme "Encadrer et sortir progressivement du nucléaire pour la production d’électricité" est supprimé.
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : le debat avait eu lieu, synthèse faite, https://wiki.partipirate.org/Nucl%C3%A9aire_civil et la resolution proposée aurait utilement pu etre soumise au vote si... Tuxun: si vote il y avait eu?
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Ecologie
Avis : Tuxun:-1, on peut faire mieux, genre modifier ce point en "Encadrer la mise en place de solutions alternatives moins polluantes que le nucléaire"



Mise en place de fermes verticales, de jardins partagés, bio et citoyens (mur d'expression libre), en agglomération

Tours 11 06 potager collectif a anatole.jpg Revolution pacifique impossible revolution violente inevitable.jpg (g)rêve generale.jpg Tours reapropriation anatole vs hilton.jpg


Mise en place de fermes verticales, de jardins partagés, bio et citoyens (mur d'expression libre), en agglomération
Auteur(s) Soutiens
Tuxun OSB, (a vérifier si les murs d'expression leur plaise)
Wiki :
Résumé : Depuis loppsi il me semble, il n'y a plus moyen de faire pousser un légume en paix, je propose que les citoyens puissent se réapproprier des espaces urbains de productions communs et libres, de cultures de légumes et de fruits. Pas de viande, par contre, ca pollue. (des jardins partagés bio en quelque sorte). Vu qu'il est aussi effarant de constater que certaines municipalité paient des graffeurs d'une ville pour en tagguer un autre, la leur, tout en continuant de chasser les idées colorés de nos jeunes s'étalant un peu partout, Ces zones, que j'aime à imaginer comme des friches artistiques et culturelles, pourraient héberger les murs les plus expressifs de la ville sans que nos esprits libres ne soit pourchassé le long des rames du métro.
Proposition : Le PP se prononce pour la création de jardins partagés dans les espaces urbains les plus denses, ainsi que pour la création de "fermes verticales citoyennes", penser pour relocaliser la production alimentaire dans les espaces de consommations les plus densément peuplés.

Le PP se prononce pour la création de "zones d'expressions libres", lieu dédié à l'expression culturelle de toute sorte: graff, slam, tuning, sport...

Le PP se prononce pour la dépénalisation des usages personnelles des semences du vivant, et en faveur d'un contrôle accrue des circuits commerciaux mondialisé actuels

Le PP se prononce pour la dépénalisation des ZADs, il faut les défendre, pas les bétonner! (Ou les truffer de lacrymo)
Argumentaire
Budget prévisionnel : de 0 à économique! Ne pas construire Sivens permet d'économiser 8.4 millions d'€. NDDL: Le coût du projet s'élève officiellement à 556 millions d'euros hors taxes (estimation en 2010) dont 43,3 % sont directement subventionnés par l'État et les collectivités locales (https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_d%27a%C3%A9roport_du_Grand_Ouest ) arreter de poursuivre les artistes en herbes devrait aussi permettre d'économiser.
Utopique (pour) : Ici, deux tours-hotels "hilton" vont être construit, et ne rien apporter au citoyen. En ayant marre que le prix virtuellement gonflé des logements/locaux/commerciaux profitent toujours au même, les citoyens ce sont réappropriés les lieux, et ont monté un mur d'expression libre. (Ainsi qu'un jardin partagé). Monsanto ayant bien travaillé (main dans la main avec microsoft), Ces lieu sont désormais nécessaire pour que l'on continue de se transmettre le savoir ancestrales de survivre sans électricité, sans engrais, ou encore celui de "comment échanger ses graines intelligemment". Une fois on m'a payé pour tricher sur étiquettes des ingrédients de sacs d'engrais, pour raison de produit phytosanitaire interdit dedans. (je n'ai pas de preuve, mais il vaudrait mieux éviter que ca se généralise et durcir les sanctions sur les tricheurs avant d'interdire la triche ;) ) Dystopique (contre) : Tuxun: C'est ou des résidences, ou des jardins. Rien sur les jardins dans les résidences ou le droit inaliénable de créer des jardins dedans lorsque c'est possible (toit, cour intérieure).
Document optionnel : http://jardins-partages.org/

Le maire de Vendôme attaque un Artiste Tourangeau, non payé, lui, pour s'être exprimé librement avec une ouevre semi-permanente engagé


La ville de Tours paie un Parisien pour graffer une oeuvre éphémere vide de sens
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Ecologie
Avis :



Education

A.L'Education sexuelle

A.L'Education sexuelle
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange gna, Zidjinn, OSB, farlistener, Tuxun, gregopirate, Relf
Wiki :
Résumé : Mettre à la hauteur de l'enjeu l'éducation sexuelle dans l'éducation nationale
Proposition : L’objectif de l’éducation sexuelle est de permettre l’acquisition des connaissances et compétences nécessaires pour faire des choix conscients, sains et respectueux concernant les relations interpersonnelles et la sexualité.

Une bonne éducation sexuelle permet de réduire significativement les infections sexuellement transmissibles, le VIH ou les grossesses non désirées. Il est prouvé qu’une bonne éducation sexuelle n’entraine pas une plus grande précocité de l’activité sexuelle.

Plus pragmatiquement, l’éducation sexuelle vise quatre objectifs :

  • Accroître la connaissance et la compréhension ;
  • Expliquer et clarifier les sentiments, valeurs et attitudes ;
  • Développer ou renforcer des compétences ;
  • Promouvoir et pérenniser des comportements propres à réduire les risques


L’éducation sexuelle en France aujourd’hui

L’article de référence est le L312-16 du code de l’éducation, qui précise :

Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène. Ces séances présentent une vision égalitaire des relations entre les femmes et les hommes.
Elles contribuent à l'apprentissage du respect dû au corps humain.

Pour atteindre l’objectif fixé par la loi, l’état à créer des instances dans chaque établissement, des CESC, Comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté, dont les textes de référence sont les articles R 421-46 et R 421-47 relatifs au comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté et la circulaire N°2006-197 du 30 novembre 2006.

Les CESCs ont pour objectifs de réaliser des actions autour de la santé, la citoyenneté et de la prévention de la violence et cela dans un cadre cohérent et collectif. Ils sont en général financés par les établissements eux même, même si des aides privée ou publique peuvent abonder ce budget.

La proposition du Parti Pirate

Si les objectifs de l’éducation sexuelle sont aujourd’hui bien définis en France, l’application de la loi est encore plus que perfectible. L’approche la plus saine sera déjà de réellement appliqué la loi en vigueur, à savoir trois séances annuelles à partir de la quatrième et jusqu’en classe de terminale.

Pour cela, un budget doit être spécifiquement affecté par les CESC et son financement doit être sécurisé (garantie d’indépendance) par la région. Les liens entre les établissements d’enseignement et les acteurs de l’éducation sexuelle (associations agréées, infirmières et médecin scolaire) doivent être renforcés.

Une étude d’impact doit être mise en place pour définir, en relation avec les chefs d’établissement et la région, des budgets à mettre en place.

Référence : Résumé du rapport Éducation Sexuelle complète de l'UNESCO : http://unesdoc.unesco.org/images/0023/002357/235707f.pdf

Etude de Cas de l'UNESCO : http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001884/188495f.pdf

Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle : http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001832/183281f.pdf
Argumentaire
Budget prévisionnel : Pas de documentation, à prévoir.
Utopique (pour) : Remplacer l'énorme fanzone "football" du Trocadéro et son écran géant, par une capote imprimé 3D, recouvrant la tour Eiffel. Le foot tue, le préservatif sauve des vies. Dystopique (contre) :
Document optionnel :
Lien vers le débat : http://forum.partipirate.org/assemblee-generale-2015-f423/education-sexuelle-t12240.html
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Education
Avis :



B.Suppression du point de programme "Education sexuelle"

B.Suppression du point de programme actuel "L'Education sexuelle"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange OSB, farlistener gna Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Education_sexuelle
Résumé : Le point sur l'éducation sexuelle actuel est trop peu documenté pour avoir l'impact utile et n'indique aucune piste de reflexion.
Proposition : Suppression du point de programme
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : Tuxun:Ne rien écrire laisse la porte ouverte à Christine Boutin et au Genrisme. Écrire quelque chose, meme vague, parlera plus au gens. En plus elle est pas mal la proposition au dessus (lien a venir?) ;)
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Education
Avis :



Doublements d'effectifs, utilisation de libre "obligatoire", dans le corps éducatif (pour accompagner le développement du numérique), vision globale du numérique d'intêret publique (EPN/xLAB/SIG)

Doublements d'effectifs, et utilisation de libre "obligatoire", dans le corps éducatif (pour accompagner le développement du numérique), vision globale du numérique d’intérêt publique (EPN/xLAB/SIG)
Auteur(s) Soutiens
Tuxun Tuxun
Wiki : Discussion:Enseignement_de_l'informatique_par_l’école
Résumé : Dans "Enseignement de l'informatique par l’école":

F(innovation)=((temps+compétences)*moyens)/nombre de libertés d'usages

Le problème, c'est le temps. En fait pour former les profs aux nouvelles technos, il faut du temps. La solution à l'équation étant de: remonter au plus vite le nombres d'instit/prof/animateur sociaux/médiateurs de quartiers etc, afin de remplacer l'école de Condorcet par un truc plus efficace et réaliste, école de Feynman; pédagogie Freinet, anciennes "nouvelles pédagogies". Voir Le spectacle de Pauline Christophe: En sortant de l'école et la conférence gesticulé de Franck Lepage: incultures(1) "le riche n'a pas à attendre pour s'éduquer, lui. l'égalité des chances (telle qu'elle est appliqué maintenant), c'est la garantie que pour la tortue comme pour le lièvre, la ligne d'arrivée sera la même." Voir aussi "l'école du domaine du possible".


Le problème, de l'éducation autour du numérique, c'est les compétences. En fait pour former les profs aux nouvelles technos, il faut en plus du temps, des compétences. La solution à l'équation étant LES FABLABS:

Ces structures étant des tiers-lieux orientés transmission de compétences, pour que les profs puissent gagner du temps, il faut en donner au fablab, pour qu'ils puissent aider les profs, a gagner du temps d'apprentissage de compétences lié au numérique et nouvelle techno.

En fait, les FabLabs associatifs sont des communs, mutualisant des outils, des compétences, et des citoyens.

Ce qui m'ammene au 3ème point:

Le problème, de l'éducation autour du numérique, c'est les moyens. tant que les éducateurs auront des outils dépassés, comme ceux que Microsoft ou Apple proposent, Ils n’enseigneront pas l'utilisation de WikiPedia, mais plutot celle d'Encarta, ou alors iCyclopédie, le logiciel privateur acheté par le chef d'établissement.
Proposition : Résoudre F(innovation)=(temps+compétences)*moyens/nombre de libertés d'usages
  • -Cesser le non renouvellement des fonctionnaires partant en retraite.
  • -Les profs actuels ayant déjà des classes et des emplois du temps surchargé [lien a venir], la formation au numérique de nos futurs citoyens passe par l'augmentation du simple au double de ceux ci.
  • -Limiter la fuite des budgets partant actuellement vers des entreprises fournissant des systèmes in-interoperable à obsolescence programmé fermés, trop souvent situé hors du Territoire et pratiquant l'évasion fiscale.
  • -Installer des logiciels libres partout ou ils peuvent deja répondre aux besoins
  • - mettre en place "une forge logiciel" (type git ou redmine) dédié à l'éducation nationale. Le premier but de cet outil est de lister les besoins en usages du corps enseignants, non-comblés actuellement, afin d'aider le développement de système déja existant actuellement, orientés école et éducation EduLinux ou SkoleLinux, par exemple. Mise en commun avec http://www.data.gouv.fr/
  • Le parti pirate se prononce pour la déclaration d'utilité publique de TOUS les fablabs associatifs (atelier ouvert a tous, orienté éducation autour du numérique mais pas que, aussi des véritables nids à compétences, régit par la loi 1901)
  • rupture du contrat 2015 de l'éducation nationale avec m$.
  • Le parti pirate se prononce pour la transformation "des espaces publiques numériques" en "espaces de pratiques numériques", ou les citoyens n'y viendrait non plus consommer des usages de la technologie mais s'approprier les outils conditionnant ceux-ci.
  • reconnaissance des compétences "autodidacte", "résister aux ordres injustes", et "hacking" par pole-emploi.
Argumentaire
Budget prévisionnel : va de 0€ (très optimiste!) à très cher (mais très efficace contre la fracture du numérique), en passant par deux fois celui de l'éduc nationale (130 millards)actuelle (65milliards). le but est aussi d'encourager à l'autoformation critique de nos futurs citoyens.
Utopique (pour) : Dystopique (contre) : C'est pas clair. On écrit quoi comme texte dans le programme ? (Tuxun:point modifié depuis!)
Document optionnel : "Les deux mains sur le guidon contre le décrochage scolaire"

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1211133

Nicole Ferroni:<<Moi, En tant que qu'ancienne enseignante, dans un élan moins violent, plus silencieux, j'ai vu que beaucoup d'élèves étaient en décrochement. Ils sont par année 140 000. Et, oui, c'est aussi cela que l'on appelle L'enseignement, ce lent saignement, cette silencieuse hémorragie qui vide chaque année notre système scolaire des plus faibles. alors c'est dommage parce que pourtant nos ministres voulaient au contraire tout l'inverse pour ces éleves. hein,en 2006, Mr De robien écrivait: un socle pour tous, par chaque élève. l'acquisition d'un socle commun de connaissances et de compétences. Mais le problème, voyez vous, c'est que les élèves qui décrochent ne prennent jamais le temps de lire les textes que les ministres écrivent pour eux.

Et ca moi je trouve que c'est pas très fair play parce que du coup ça oblige les ministres à se répéter.

alors du coup pour 2016 Madame NVB a dû réécrire sur le site:

le collège 2016: Faire réussir tous les élèves! et de détailler;

-l’élève engagé dans une scolarité:

-apprend a réfléchir

-mobiliser des connaissances

-des procédures adaptés

-penser résoudre

-réaliser des taches complexes, un projet

Et quand j’ai vu ça mais mon dieu mais j’ai compris,

les ministres ont juste oublié que nos élèves avaient aussi des mains. De petites mains, capables de créer..

et pas qu'un cerveau, pour absorber de la connaissance

Hors a l'eN, vous savez, c'est comme les pros du vélo, eux, ils font sans les mains.


sauf que faire sur velo sans les mains, hé bien... c'est bien si on veut aller tout droit, droit dans le moule, et tracer son chemin sur la route balisé du socle commun,

mais si en tant qu'eleves on est pas animé par la sacrosainte connaissances, bah on fait coment?

Eh ben on avance mais droit dans l e mur. parce qu'a l’école; les filières manuelles et creatives sont reservées a ceux qui ont échoué ailleurs


d’ailleurs on dira qu'il ont fini ...coiffeuse ou plombiers. et pendant on poussea les autres a faire...

des classes prépas , l'ENS, chercher, enfin surtout chercheur d'emploi...

puis on se donnera pour mission de remplir et gérer tous ces petits cerveaux d’élèves. et c'est d’ailleurs ça qui fera bientôt le bonheur de m$. vous savez l'entreprise qui vient d'obtenir un contrat de partenariat numérique AVEC LEn, contre 13 millions d'euro. alors vous allez me dire, mais enfin Nicole, c'est formidable si m$ investi 13 millions dans l'EN . oui c'est formidable! Enfin pour eux! Parce que, quand on sait que le budget de l'E est de 65 M, autant dire que m$ vient de payer une petite cacahuète pour accéder... à un festin. Et oui, bientot nos tous élèves apprendront sur Microsoft. et plus tard il achetront du Microsoft. Oui, à l'heure du numérique, les élèves sont des numéros, qui permettront sûrement à Microsoft d'aligner quelques zéro>> ....


Pour le gouvernement actuel, la contribution via le numérique consiste à fermer sa plateforme d'édition collaborative sur le sujet du siècle, une fois obtenu ce qu'il voulait.

Ptet parce que les lobbies n'ont pas toujours eu ce qu'il voulait, justement ;) [3]
Lien vers le débat : non applicable
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Education
Avis :



Premiers Secours Civils

Apprentissage des premiers secours civils
Auteur(s) Soutiens
gregopirate farlistener, npetitdemange Larose75 Relf
Wiki :
Résumé : Introduire l'apprentissage des premiers secours civils dans le programme de l'éducation nationale
Proposition : Les premiers secours civils (PSC1, brevet de secourisme) devraient être enseignés dans le cadre de l'enseignement laïc et obligatoire.

Cet apprentissage pourrait se faire : 1 – d'abord au collège et être une condition indispensable pour réussite au brevet des collèges et pour le passage en lycée (général, technologique ou professionnel). 2 – rappelé dans une épreuve complémentaire afin d'assurer la réussite au baccalauréat (quelque soit la filière).

Cette apprentissage sera complet : savoir appelé à l'aide et gérer son stress, analyser une situation dangereuse, réaliser les premiers gestes de secours (compressions abdominales en cas d'étouffements, bouche à bouche, massage cardiaque, défibrillateur, PLS, etc.).

Il pourra se faire dans le cadre d'un enseignement de biologique – anatomie. Puisqu'il nécessite de comprendre le fonctionnement de certains organes comme le cœur, les poumons et les principes physiologiques de base.
Argumentaire
Budget prévisionnel : Selon le site de la croix rouge, une formation de 8h coute entre 50 et 60 € par personnes. Dans ce cas, cela devrait coûter plus cher, puisqu'il y aura plus de cours, notamment théoriques, d'heures, de manipulations et des examens. Il faudrait des professionnels capables d'enseigner régulièrement dans les collèges et les lycées ainsi que du matériel pour faire les exercices.
Utopique (pour) : Dystopique (contre) : Comme formulé, s'inscrit dans la continuité de l'école sanction.
Document optionnel :
Lien vers le débat : http://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers/Prevention-et-secours-civiques-de-niveau-1-IRR
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Education
Avis :



Logement

Suppression du point de programme "Favoriser l’existence de formes coopératives d’habitat"

Suppression du point de programme "Favoriser l’existence de formes coopératives d’habitat"
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange farlistener gna Larose75 Relf
Wiki : https://wiki.partipirate.org/Favoriser_l%E2%80%99existence_de_formes_coop%C3%A9ratives_d%E2%80%99habitat
Résumé : Le point de programme est non argumenté, non chiffré et non applicable. Aucune étude d'impact, aucune explication sur le problème rencontré ou à résoudre. D'ailleurs, la loi ALUR encadre depuis 2014 la formation de coopérative d'habitant. Lien : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?cidTexte=JORFTEXT000028772256&idArticle=JORFARTI000028772674&
Proposition : Je propose la suppression du point "Favoriser l’existence de formes coopératives d’habitat" du programme du Parti Pirate
Argumentaire
Budget prévisionnel : non applicable
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : http://forum.partipirate.org/assemblee-generale-2015-f423/proposition-suppression-t12239.html
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Logement
Avis :



Service Public

Libérer les Services Publics du Marché
Auteur(s) Soutiens
Pedro OSB
Wiki :
Résumé : Les services publics essentiels doivent être sortis de la sphère marchande et de la logique financière.
Proposition : Le Parti Pirate soutient l'idée que les services publics suivants : écoles, universités, hôpitaux, la Poste, les transports et les institutions culturelles n'ont pas vocation à devenir des entreprises devant à toute force dégager des bénéfices.
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : Cette proposition, si elle était adoptée en AG, pourrait servir de base pour l'élaboration d'un texte d'orientation qui permettrait de positionner le PP sur la question des services publics et du rôle de l'Etat. Dystopique (contre) : je suis plutot pour mettre le role régalien de l'état dans l'éducation dans la proposition "éduc et numérique de tuxun". Ce point est aussi semi-proposé autour de la sécurité dans la proposition sur le désarmement des forces non critiques] gregopirate : je ne comprends pas cette proposition. Juridiquement, une école, un hôpital ou une institution culturelle n'a pas vocation à générer des bénéfices. Et en pratique, ils ne le font pas non plus. Ce point de programme semble très idéologique et peu réaliste. Surtout qu'aujourd'hui, la distinction entre la sphère marchande et non marchande n'existe plus vraiment (il est possible de le regretter mais ce n'est pas le sujet). Puis cela manque d’éléments concrets : par exemple, comment financer l'école ou l’hôpital ? Par impôt ? Lesquels ? Combien ?
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Service Public
Avis :



Démocratie

Supprimer la réserve parlementaire

Suppression de la réserve parlementaire
Auteur(s) Soutiens
npetitdemange gna, OSB, farlistener Larose75, gregopirate, Relf
Wiki :
Résumé : La réserve parlementaire est un ensemble de subventions d’État dont l'affectation dépend des groupes politiques et des élus (sénateurs et député). Cette réserve est soumise, depuis 2013 à une obligation de transparence.

La Cour des comptes a publié en novembre 2014 un référé pointant de nombreux problèmes et irrégularités dans l’octroi et la gestion de la réserve parlementaire.

La réserve parlementaire est en réalité un outil clientéliste institutionnalisé. Dans notre système, le parlementaire est élu pour écrire les lois et contrôler l’action du gouvernement, en aucun cas pour distribuer de l’argent public comme bon lui semble.

Source : Site de l'assemblée nationale + site web d'Isabelle Attard.
Proposition : Le Parti Pirate propose que soit supprimé totalement la réserve parlementaire.
Argumentaire
Budget prévisionnel : Gain pour l'état de 80 Millions d'euros
Utopique (pour) : outil de corruption manifeste, il faut supprimer cette hérésie Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Démocratie
Avis :



Recrutement au Sénat par tirage au sort

Recrutement au Sénat par tirage au sort
Auteur(s) Soutiens
gregopirate Tuxun
Wiki :
Résumé : Recruter les membres du Sénat par tirage au sort et non plus par élection
Proposition : Chambre du Parlement français et représentant des collectivités territoriales, le Sénat souffre d'une faible représentativité démocratique.

Afin d'apporter de la prestance à la Chambre Haute du Parlement et de relancer le citoyen au cœur de la décision politique, tous les membres du Sénat devraient être tirés au sort et non plus élus au suffrage indirect comme ils le sont actuellement.

Le tirage au sort aura lieu au niveau de chaque préfecture à partir des inscrits sur les listes électorales. Une personne tirée au sort aura le droit de refuser pour raison familiale (enfant, occupation d'une personne malade) ou pour raison professionnelle (chef d'entreprise d'une PME par exemple). Les sénateurs doivent donc avoir au moins 18 ans, être de nationalité française, savoir lire et écrire et jouir de droits civiques et politiques et ne pas se trouver dans un cas d'incapacité ou d'incompatibilité (les mêmes que pour les jurés de cours d'assises, https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1540)

Leur mandat sera toujours de 6 ans, renouvelable par tiers tous les 3 ans. Il n'y aura pas de cumul des mandats possible. Une personne qui a été sénateurs ne pourra pas être tiré au sort pour un second mandat. Les listes électorales seront également classées par sexe. Afin d'assurer une parité totale, il y aura autant d'hommes que de femmes (ce qui tombe bien puisqu'il y a aujourd'hui 348 sénateurs).

Le président du Sénat sera élu par ses pairs. L'élection aura lieu tous les 3 ans (a chaque renouvellement). Toute personne pourra se présenter. Néanmoins, il faudra qu'elle ait déjà participer 3 ans au Sénat (c'est à dire, qu'elle ne pourra être élu que pour les 3 dernières années de son mandat de sénateur). Le président du Sénat ne remplacera plus le président de la république en cas d’empêchement de ce dernier. Ce rôle reviendra au président de l'Assemblée Nationale.

Le président du Sénat va aussi perdre son pouvoir de nomination au Conseil constitutionnel, au Conseil supérieur de la magistrature, à l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, de l'Autorité des marchés financiers et du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Ces membres seront nommés par décret en Conseil des ministres. Néanmoins, le président du Sénat devra obligatoire être consulté pour avis avant la prise de ce décret. S'il estime les nominations non justifiées, il pourra demander l'annulation du décret devant le Conseil d’État.
Argumentaire
Budget prévisionnel : sensiblement le même que celui du fonctionnement du Sénat actuellement
Utopique (pour) : Ce pourrait être vu comme une option pour réconcilier "système représentatif classique" (AN) et "système de tirage au sort" (S) Tuxun est pas mal d'accord avec l'utopie exposé ci dessus, mais voir dystopie. Dystopique (contre) : Le tirage au sort pour qu'il soit effectif et représentatif (au pourcent près seulement) demande la présence de 9000 personnes. Quand bien même cela serait plus représentatif qu'aujourd'hui (le Sénat est une assemblée des élus).

gna: Contre parce je suis pour la suppression pure et simple de cette chambre de pantouflage à élus. Antigone: peut-être proposer de tirer au sort sur la base d'une liste de volontaire?

Tuxun: On peut tirer au sort, mais pas par rapport a une liste de volontaires (c'est pas déja ce qu'on fait en votant, actuellement?), sinon on reproduit la pyramide de production de l'élite et les bourgeois, écrit en 1789 par les précités. La démocratie est l'affaire de tous et la liberté, comme le libre, d'ailleurs, à un prix. et ca passe par l'expression de tous, y compris ceux qui ne s'y attendait pas, n'avaient pas les moyens de s'imaginer volontaire, ni les moyens de se faire entendre avant, facilité par le "droit du sang" (héritage+égalité des chances=équité des chances)
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : http://www.senat.fr/
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Démocratie
Avis :



Santé

A: Légalisation du cannabis et des drogues douces

Légalisation du cannabis et des drogues douces
Auteur(s) Soutiens
OSB npetitdemange, gna, farlistener, Tuxun, Relf
Wiki :
Résumé : Légalisation du cannabis et des drogues douces
Proposition : Arrêt de la politique répressive inefficace


Abrogation de l'article L3421-1 du Code de la santé publique sur l'usage illicite des stupéfiants. Modification des articles 222-34 et suivants du Code Pénal concernant le trafic de stupéfiants, et modification par un nouvel arrêté, de la liste des substances classées comme stupéfiants établie par l'ANSM, afin de rendre l'ensemble législatif cohérent avec les nouvelles dispositions prises.


Les personnes actuellement détenues en raison de leur consommation de stupéfiants ou pour des actes relatifs à la production et au trafic des substances nouvellement autorisées sont libérables immédiatement et sans conditions.


La détention à des fins d'usage personnel de substances psychoactives n'est pas en soi punissable. Lorsqu'une personne toxicodépendante qui pratique la vente de produits psychoactifs non autorisés en raison de leur dangerosité les consomme elle-même, et que les quantités de ces substances saisies n'excèdent pas notablement le besoin financier qu'elle en a pour lui en permettre l'usage, cette personne ne peut être condamnée à une peine privative de liberté. Des soins doivent par ailleurs lui être proposés.

Il sera (re?)créé une commission attribuant des aides de l'état, financières et matérielles, aux associations faisant de la prévention, notamment en Free Party.

La réouverture des associations ayant été dissoutes sous accusation "d'incitation à la consommation", pour don de matériel de shoot sera examiné par cette commission.


Classification des substances


Les substances psychoactives sont désormais classées en trois catégories :


  1. Dans la première catégorie figurent le cannabis et ses dérivés d'origine naturelle, la salvia divinorum et d'une façon générale les substances psychoactives ne produisant pas de syndrome de sevrage ni de tolérance importante, et dont les risques pour la santé sont minimes. Les produits de cette catégorie sont en vente réglementée dans des commerces spécialisés où ils peuvent aussi être consommés.
  2. Dans la seconde catégorie, prennent place l'ayahuasca, l'iboga, les hallucinogènes, la MDMA, les produits raffinés ou de synthèse, et de façon générale les substances pouvant produire des effets intenses, demandant des précautions d'emploi spécifiques, un environnement, ou une préparation physique ou psychologique particulières, et dont les risques pour la santé quoique limités sont notoirement plus sérieux. Ces produits ne sont pas proposés à la vente dans les commerces spécialisés, mais leur détention et leur offre est autorisée pour un usage accompagné dans un cadre associatif d'usagers de type Cannabis Social Clubs.
  3. La troisième catégorie comprend des substances psychoactives dangereuses, soit par les effets de dépendance ou de tolérance qu'elles induisent, soit par leurs effets sur l'organisme notamment en cas de surdose, comme les opiacés ou la cocaïne. Seuls les produits de cette catégorie restent qualifiés de stupéfiants. Ils ne peuvent ni être vendus ni être librement proposés à la consommation en dehors d'une prescription médicale précise qui le justifie. Leur trafic demeure poursuivi, notamment le narcotrafic à échelle internationale, mais leur usage personnel n'est pas sanctionné.


Salles de consommation et centres d'analyse


Les collectivités locales peuvent mettre à la disposition du public et des associations d'usagers de drogues, des locaux destinés à permettre dans des conditions de risques réduits, la consommation de toutes les substances psychoactives qu'elles soient légales ou non. Ces salles de consommation sont rendues obligatoires dans chaque département, et dans les villes de moyenne importance où une consommation est constatée. Des kits de prévention y sont offerts gratuitement. Elles sont co-gérées par des associations d'usagers de drogues et des équipes médicales spécialisées.


Des centres d'analyse et de test et des unités mobiles sur les lieux de consommation permettent aux usagers de contrôler la composition de toutes les substances qu'ils détiennent ou s'apprêtent à consommer

Coffee-shops


Les commerces spécialisés dans la vente de cannabis et de drogues douces proposeront en outre des produits de substitution au tabac. Ils ne pourront pas vendre d'alcool ni en autoriser la consommation sur place. La quantité de produits vendus sera limitée. L'entrée de ces établissements sera interdite aux mineurs de quinze ans.


Une taxe sera prélevée sur le produit des substances vendues, de la même façon que sur le tabac et sur les alcools. Elle devra rester modique afin de ne pas favoriser le marché de produits de contrebande.


Production


Les plantes de la première catégorie pourront être cultivées par des producteurs dans le cadre d'une agriculture écologique et responsable. Les produits seront soigneusement tracés et contrôlés depuis leur production jusqu'à leur point de vente.


Le cannabis et les substances de la première et de la seconde catégorie pourront être librement produits pour une consommation personnelle ou dans le cercle amical restreint dans des limites qui n'en permettent pas l'exploitation commerciale.
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : Les associations de prévention pour les usagers par les usagers dissoutes sont réhabilités! Savoir ce que "l'on" nous vend est OPENSOURCE: on veut le retour des tests de substances en TEUF!!! (et si il peuvent etre fabriqués par les usagers aeux meme dans un fab ou boi lab, tant mieux ;)

<<Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, les Député(e)s, les responsables de partis politiques,

Nous, représentants des usagers de drogues, soutenus par des associations de Réduction des risques (RdR), des médecins, élus ou citoyens concernés, sommes choqués par la poursuite de «la guerre aux drogues» et le maintien de la pénalisation de l’usage privé malgré l’échec planétaire de cette politique, démontré dans le 2ème rapport de la Commission Mondiale pour la politique des Drogues.

Cette prohibition est désastreuse : catastrophe en matière de santé publique, trillions de dollars dilapidés sans influence ni sur l’offre ni sur la demande, millions de vies brisées, milliers de quartiers déstructurés, explosion de la violence liée au trafic, gangrène de l’économie par l’argent sale et des forces répressives par la corruption. La France n’est désormais plus épargnée par aucune de ces conséquences néfastes.

Malgré ce constat accablant, les tenants d’une politique plus pragmatique, fondée sur des données scientifiques, sont systématiquement assimilés à des soixante-huitards attardés voire à des « Munichois ». Comment peut-on assumer un tel bilan? Comment peut-on refuser de réformer notre ancestrale loi de 1970 ? Nous en sommes arrivés à la conclusion que vous manquiez d’informations sur les propositions alternatives d’un débat mondial en pleine évolution.

Le Colorado et l’État du Washington viennent d’adopter par référendum la régulation publique du marché du cannabis, le Parlement d’Uruguay débat actuellement d’une proposition similaire. Les arguments des réformateurs portent sur la lutte contre les gangs, le blanchiment, la perception de taxes, la création d’emplois et de programmes sociaux, le contrôle sanitaire du cannabis, la séparation avec le marché des autres drogues.

Nous voulons surtout vous interpeller sur le lien établi entre la pénalisation de l’usage des drogues et l’augmentation des dommages sanitaires, principalement l’accélération de la contamination par le VIH (Sida) et le VHC (hépatite C). Voilà pourquoi nous vous faisons parvenir le second rapport de la Commission mondiale pour la politique des drogues : « La guerre aux drogues face au VIH/sida »

Nous espérons que ce document fera évoluer votre analyse, hélas encore influencée par la « War on drugs » du Président Nixon lancée en 1971. Nous souhaitons que cette lecture vous incite enfin à ouvrir un débat, sans anathème inutile ni dramatisation excessive.

Veuillez agréer l’expression de nos sentiments respectueux.

Miguel Velazquez (président d’ASUD), Fabrice Olivet (directeur d’ASUD) et Laurent Appel (journaliste/ASUD)>>

(source cité dans "document optionnel")
Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel : Lettre d'ASUD aux gouvernants: [4]
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Santé
Avis :



B: Légalisation du cannabis à usage thérapeutique/médical et Réglementation du cannabis récréatif

Légalisation du cannabis à usage thérapeutique/médical et Réglementation du cannabis récréatif
Auteur(s) Soutiens
Numero6 / NumberSix
Wiki :
Résumé : Légalisation du cannabis à usage thérapeutique/médical et Réglementation du cannabis récréatif
Proposition : Adoption de la PROPOSITION DE LOI N° 317 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 janvier 2014

PROPOSITION DE LOI

autorisant l'usage contrôlé du cannabis,

PRÉSENTÉE

Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi ANGO ELA, Aline ARCHIMBAUD, Marie-Christine BLANDIN, Corinne BOUCHOUX, MM. Ronan DANTEC, Jean DESESSARD, André GATTOLIN, Joël LABBÉ, Mme Hélène LIPIETZ et M. Jean-Vincent PLACÉ,
Argumentaire
Budget prévisionnel : 1 Milliard d'Euro de Taxe en rente fiscal, un nouveau revenu pour les buralistes ainsi que des emplois indirectes, des milliards en moins pour l'économie parallèle et les trafiquants, des moyens financiers et humains des services étatiques redéployés. Une politique de santé publique plus cohérente et adaptée à notre époque.
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : Proposition timide et très incomplète des Verts par rapport à celle que je propose d'adopter. Il n'est question que du cannabis, rien sur les autres substances et la proposition offre le monopole de la vente aux buralistes. Tuxun: je prefere celle d'OSB, elle roule mieux, et parle de prévention des usages! De toute façon, cette proposition vient d'une personne qui n'est PAS membre du PP à l'heure actuelle. Donc nulle et non avenue.
Document optionnel : non applicable
Lien vers le débat : https://www.senat.fr/leg/ppl13-317.html https://www.senat.fr/leg/ppl14-251.html http://www.senat.fr/rap/l14-250/l14-250_mono.html
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Santé
Avis :



Collectivités Territoriales

Suppression des Départements

Suppression du Département et du Conseil Départemental
Auteur(s) Soutiens
gregopirate Zidjinn, farlistener gna Larose75, Tuxun, Relf, npetitdemange
Wiki :
Résumé : Suppression de l'échelon du département comme collectivité territoriale
Proposition : Mettre fin au département comme collectivité territoriale. Le département va rester comme circonscription administrative, principalement au travers des préfectures. Mais entre des régions et des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) qui ont de plus en plus de compétences, le rôle et la pertinence des conseils départementaux est obsolète. Leurs compétences seront réparties entre les régions (collèges et transports) et les ECPI (action sociale qui sera attribuée au CCAS et CIAS).

Cette suppression aura trois avantages :

- administratif : clarification de l'action publique et renforcement de son efficacité (qui fait quoi et comment avec notamment un guichet unique de l'action sociale au profit des CCAS et CIAS).

- politique : limitation du nombre d'élus du cumul des mandats (les conseils départementaux sont souvent aussi conseillers régionaux ou municipaux).

- financier : ceci va limiter les dépenses de fonctionnement même si elles seront légères, surtout à court terme. Environ de 5 milliards d'euros par an. http://www.lagazettedescommunes.com/235091/la-suppression-des-departements-ne-garantit-pas-des-economies/
Argumentaire
Budget prévisionnel : Économie: rien que le coût des papiers qu'envoie le CCAS pour demander à la Mairie de demander à la région d'offrir a des subventions à des boites de transports privés, sera remplacé par un système unifié d'aide à la personne, et les cumuls de mandats nous coûtent aussi de l'argent.
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) :
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : collectivités territoriales
Avis :



Justice

Une meilleure indemnisation des victimes d'infractions pénales

l'indemnisation des victimes d'infractions pénales
Auteur(s) Soutiens
gregopirate farlistener, npetitdemange gna
Wiki :
Résumé : fusionner les divers systèmes d'indemnisation et rendre l'indemnisation automatique
Proposition : Il existe aujourd'hui plusieurs mécanismes d’État en faveur de l'indemnisation des victimes d'infractions pénales (CIVI, SARVI, FGTI). Il est indispensable de les fusionner et de mettre en place une indemnisation automatique des victimes d'infractions pénales – au travers d'un simple Fonds d'Indemnisation des Victimes (FIV).

L’État a le monopole de la violence légitime. Il devrait aussi avoir le monopole de la réparation légitime. Il peut être compliqué pour une victime d'obtenir une réparation dans certains cas alors que l'infraction et le dommage sont caractérisées. Cette situation rajoute de l'injustice sur une situation déjà douloureuse. L’État doit protéger ses citoyens et s'il échoue à cette tâche, il doit être acteur de la réparation. L'indemnisation doit être versée dans le délai d'un mois après le prononcé d'un jugement définitif ou la reconnaissance d'état de victime d'infraction (par exemple, en cas de terrorisme ou d'auteur inconnu) – ce qui suppose aussi cette nouvelle procédure juridictionnelle, lors des jugements concernant l'action civile.

Lorsque l'auteur est identifié, ce ne sera plus à lui d'indemniser directement la victime. La victime sera dédommagée par le FIV. Ensuite, c'est l’État qui sera chargé de se faire rembourser par la personne reconnue coupable. Il dispose d'ailleurs de moyens efficace pour cela, notamment par les services fiscaux qui ont une trace administrative et financière de ou des personnes reconnues coupables.
Argumentaire
Budget prévisionnel : Idée floue. Le budget de la justice pour 2015 évoque 16,9 millions d'€ pour l'indemnisation des victimes. Dans ce cas, le montant sera plus élevé mais une partie sera remboursée par les personnes reconnues coupables d'une infraction.
Utopique (pour) : non applicable Dystopique (contre) : non applicable
Document optionnel :
Lien vers le débat : http://www.justice.gouv.fr/publication/budget_justice_2015.pdf
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : justice
Avis :



Economie

Une taxe sur les transactions financières internationales

Une taxe sur les transactions financières internationales
Auteur(s) Soutiens
gregopirate
Wiki :
Résumé : Mettre en place une taxe totale sur les transactions financières
Proposition : La taxe Tobin prévoyait une taxation des transactions monétaires internationales afin de limiter les variations des taux de change. Cette idée est intéressante mais il faut aussi y ajouter une taxe à toutes les transactions financières, pas seulement liées aux taux de change.

La finance est aujourd'hui la première activité de création de richesse (devant donc le commerce, le travail, la production). Ces gains financiers se font aussi en toute impunité fiscale, notamment au travers de paradis fiscaux ou d'absence de TVA à chaque vente-achat. Ces gains, s'ils peuvent paraître légitimes, apportent aussi une grande instabilité économique et sociale : un accroissement gigantesque de richesses sans fondements réels (juste des achats-vente sans aucune production) et fait porter la pression fiscale sur les ménages et les PME alors qu'ils ne sont pas les principaux bénéficiaires des augmentations de richesses qui se font depuis une trentaine d'année.

La mise en place de cette taxe totale est bien sûr délicate. Il me semble préférable d'en confier la mise en œuvre et la gestion à la banque mondiale, institution rattachée à l'ONU. Il ne me semble pas pertinent de la confier au FMI. Le FMI a perdu de ses fondements dans les années 70 avec la fin de la liaison monnaie – or et ses choix de financements et de pression bancaires sont très contestés (Asie, Portugal, Grèce). Si j'avais plus de temps et de compétences financières, je proposerais la suppression du FMI et dont les dossiers en cours seraient confiées à la banque mondiale (qui a une mission de financement et de développement). L'ONU semble être la seule organisation légitime capable de mettre à bien une telle mission. Ceci va aussi lui apporter l'éclat politique et humanitaire qui lui fait actuellement défaut.

Concernant le taux, le chiffre de 0,01 % que l'on trouve pour la taxe Tobin – Spahn semble intéressant. Il est aussi faible pour ne pas paralyser les échanges internationaux tout en limiter les spéculations et apportant déjà d'énormes ressources à la banque mondiale.
Argumentaire
Budget prévisionnel : Aucune idée. Mais si cela est efficacement mis en œuvre, les gains seront très supérieurs aux coûtsde mise en service et de gestion.
Utopique (pour) : Pour le principe, mais il faudrait rédiger le point correctement (pas de considérations perso...etc) Dystopique (contre) : Ceci est du ressort du niveau international, son application exclusivement nationale induit automatiquement des différences fiscales favorisant le "Dumping fiscal" inter-étatique (cf Europe/Monde).
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Economie
Avis :



Sortir du laisser-faire en économie

Auteur(s) Soutiens
Pedro OSB
Wiki :
Résumé : Positionner le PP en faveur d'une économie mixte
Proposition : Le Parti Pirate adopte une posture critique vis-à-vis du Laisser-Faire dans le secteur de l'économie et souhaite orienter son action politique vers des mesures qui permettront à l'Etat d'articuler les activités économiques et industrielles au mieux des intérêts de la collectivité tout en respectant le principe de la libre entreprise.
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : Cette prise de position pourra servir d'orientation pour la rédaction d'une politique économique pirate. Dystopique (contre) : C'est une résolution d'orientation politique, pas un point de programme
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Economie
Avis :



Vers une économie collaborative

Auteur(s) Soutiens
Pedro OSB(voir dystopic)
Wiki :
Résumé : Mesures concrètes pour la création de modèles d'entreprises alternatifs
Proposition : Le Parti Pirate propose de soutenir les initiatives permettant de sortir d'un modèle économique de décisions à court-terme où chaque individu ne cherche que son seul intérêt sans prendre en compte les effets sur l'écologie et les populations vulnérables.

Parmi ces initiatives citons de manière non-exhaustives : - slow-food : encourager la biodiversité alimentaire et la consommation locale

- slow-banque : banque mutuelle ne jouant pas avec l'argent de leurs déposants

- slow-workshop : des ateliers pour tout réparer ou bien pour créer des objets à partir de pièces entièrement recyclées
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : Cette prise de position pourra servir d'orientation pour la rédaction d'une politique économique pirate. Dystopique (contre) : Propositions à préciser comme points de programme et/ou à rédiger en tant que résolution d'orientation
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Economie
Avis :



Vers une économie d'abondance frugale

Auteur(s) Soutiens
Pedro OSB
Wiki :
Résumé : Orientation de la politique économique du PP vers une économie de la mesure
Proposition : Le Parti Pirate se positionne contre la recherche de l'efficacité économique à court-terme et la recherche du profit illimité. A ce titre, le Parti Pirate s'engage à soutenir les mesures concrètes permettant de remplacer les technologies les plus agressives pour l'environnement et les populations vulnérables par des technologies à faible impact : dans le domaine énergétique, il s'agirait par exemple de soutenir la sortie des énergies fossiles pour se diriger vers les énergies renouvelables. Le parti Pirate s'engage également à mener ou soutenir des campagnes de sensibilisation sur les objets que nous consommons et notre rapport à ces objets : il s'agirait de se réapproprier le sens de la mesure et de nos besoins dans notre consommation d'objets manufacturés.
Argumentaire
Budget prévisionnel :
Utopique (pour) : Cette prise de position pourra servir d'orientation pour la rédaction d'une politique économique pirate. le contraire de cette économie de la mesure est le fonctionnement économique actuel fait d'une succession de bulles spéculative et de la recherche d'un gain illimité. Le terme de "décroissance" est sciemment évité mais le texte en est assez inspiré. Dystopique (contre) : Propositions à préciser comme points de programme et/ou à rédiger en tant que résolution d'orientation
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Economie
Avis :



Sécurité

"dés-hyper-sécurisation" de la société: sortie de l'état d'urgence, du plan vigipirate, révision de ce dernier et démantèlement de la police de sécurité intérieur en police de quartier/proximité

"dés-hyper-sécurisation" de la société: sortie de l'état d'urgence, du plan vigipirate, révision de ce dernier et démantèlement de la police de sécurité intérieur en police de quartier/proximité
Auteur(s) Soutiens
Tuxun OSB (a vérif, j'ai fusionné deux points où il était d'accord)gna gregopirate
Wiki :
Résumé : Depuis la création du plan vigipirate en 1995, la délinquance n'a jamais été aussi bas. et ca se comprend.

photo CRS... Il est facile de montrer que ces plans ne fonctionnant pas, on pourra leur donner la couleur que l'on veut, si plus d'attaques ont lieux, c'est pas une couleur qui va faire baisser les chiffres...

<<Le plan Vigipirate est actualisé en 2000, en 2002, en 2003 et en 2006. C’est en 2003 que sont définis les 4 niveaux d’alerte en vigueur jusqu'en février 2014 : jaune, orange, rouge et écarlate. La refonte de 2014 est bien plus importante que les précédentes. Elle élargit le périmètre des acteurs associés au plan (collectivités territoriales, opérateurs économique)>>

Source:Wikipedia/Plan_Vigipirate

système de vidéo-protection dernier cri: la caméra à des bras pour se protéger elle même en matraquant et des jambes pour charger.
On peut aussi faire le parallèle avec " the shock doctrine"; quand le peuple à peur il est un peu mieux disposé à accepté des mesures liberticides, voir même contraire à l'instinct de survie. Cela nous rend plus vulnérable à l'économie de marché mondialisé, dévorante, aux lois et décrets les plus contradictoires, à une pression sociale exacerbé.

https://www.youtube.com/watch?annotation_id=6e431de5-7f87-42dc-85c3-59df200ea910&feature=cards&src_vid=TVJlunWZ4us&v=DWyFVUfUtnE

le but est de diminuer les armes à a disposition de forces de l'ordre "non-critiques" de toutes façon sensés assurer pacifique le maintien de l'ordre.
Proposition : >
  • -sortir de l'état d'urgence LE PLUS VITE POSSIBLE
  • -puis de vigipirate, (sans pour autant baisser la sécurité, pour autant!).
  • -arret de la politique de video-surveillance intensive
  • -surveillance des milices de "voisins vigilants"
  • -Révision/abbrogation de loppsi, lopsii, hadodi, DAVSII, en gros révision de la politique de sécu intérieure mise en place depuis qu'un certain ministre de l'intérieur s'est permis de faire du zèle pour se faire élire aux détriments de la vision de la réalité par les citoyens. (sentiment d'insécurité ressenti exagéremment par le peuple)
  • -Le parti pirate se prononce contre la présence de grenades de tous types (à désencerclement ou lacrymo) dans l'arsenal des CRS/PM/PN/GM/FDP. Les flashballs et autres canon a eau, gel incapacitant et autres bullshit contre nature a la ceinture d'un policier doit disparaître. on sait que des gens sont bien payés a vous fourguer leur conneries, messieurs les CRS, mais nous, on les respire, b*t**d.
Argumentaire
Budget prévisionnel : * -Économie de 365 millions d'euro MINIMUM...

<<L'opération Sentinelle effectuée dans le cadre du plan Vigipirate coûte environ un million d'euros par jour a déclaré, le 8 février 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense.>>

* -(prévoir éventuellement une formation d'animateur de quartier ("BAFA") à la police municipale dans le cadre de leur reconversion.
Utopique (pour) : > Qu'est ce que la Police Municipale à l'Allemande: c'est expliqué sur le site du sénat http://www.bastamag.net/Un-an-apres-la-mort-de-Remi-Fraisse-les-conclusions-accablantes-de-la Dystopique (contre) : A rédiger! On ne peut pas mettre de "je pense que" dans le texte officiel du programme(Tuxun: en cours (depuis 00:00, le 14 du coup)
Document optionnel : Riot Gun pro loi travail?

https://rebellyon.info/CRS-riot-gun-lance-grenades-Penn-Arms

code de la secu intérieur: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=7895533115483CFCF2D02971623D0A83.tpdila11v_1?idSectionTA=LEGISCTA000028287375&cidTexte=LEGITEXT000025503132&dateTexte=20160606


http://www.papergeek.fr/iol-france-avait-son-programme-surveillance-masse-entre-2009-2013-4416

https://www.partipirate.org/letat-durgence-conduit-letat-policier-il-faut-larreter

https://www.youtube.com/watch?v=T_j-FuWXBog

http://www.tf1.fr/tf1/auto-moto/videos/exclusivite-automoto-radars-l-action-de-policiers-colere.html <<les fonctionnaires qui font un bon rendement obtiennent une prime>> <<il arrive mème que des radars qui ne flashent qu'une fois par jour soit déplacés dans des zones plus rentables>> (mais moins dangereuse) <<66% des radars ne sont pas en zone dangereuse>>

<<1 radar placé tous les 1000 km sur route secondaire, ces routes représentent 85% victimes de la route.

1 radar placé tous les 40 km sur autoroutes, pour 5,3% victime de la route>> <<vous faites pas assez de délits>> http://nicolebertin.blogspot.fr/2016/06/saintes-armer-ou-ne-pas-armer-la-police.html

http://www.laquadrature.net/fr/terrorisme-parlement-europeen-contre-libertes

http://www.senat.fr/lc/lc38/lc381.html

http://ddc.arte.tv/nos-cartes/l-etat-de-la-guerre "Ces lieux et ces dates semblent indiquer que la menace serait désormais globale, et que le terrorisme infligerait des dommages importants" (Arte)

Contrairement à une idée répandue, il n’y a pas plus de conflits depuis la fin de la guerre froide.On dénombre en effet 32 conflits majeurs en 1990, "contre 14 en 2007. " (Arte)

http://www.dailymotion.com/video/xt5qfk_dessous-des-cartes-l-etat-de-la-guerre-le_tv


Étude sur les chiffres de la délinquance par l'INSEE, montrant surtout que l'insécurité n'augmente pas, les policiers (et les radars automatiques) font juste du zèle depuis qu'ils sont payés aux chiffres... [5]

Insee tableau délinquance 1997-2000.png

"Chaque année, la direction de la Police judiciaire publie un décompte des faits dits « constatés » par la police et la gendarmerie et transmis à la Justice (connu sous le terme « état 4001 »). En 2000, le nombre de faits ainsi recensés était de 3,6 millions. On note une nette progression depuis un quart de siècle, une multiplication par deux et demi, mais avec de larges fluctuations. Celles-ci résultent de causes diverses, qui rendent quelque peu illusoire d’y voir une mesure précise de « la délinquance ». "

https://www.vice.com/fr/read/un-guide-des-armes-anti-emeutes-de-la-police-francaise-182

Ce point réglé, on pourra enfin continuer de chercher ce qui est arrivé a Rémi.

http://www.bastamag.net/Un-an-apres-la-mort-de-Remi-Fraisse-les-conclusions-accablantes-de-la
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : Sécurité
Avis :



Informatique

Un OS souverain européen

Création et mise en place d'un OS souverain européen
Auteur(s) Soutiens
gregopirate
Wiki :
Résumé : Créer et mettre en place un OS souverain européen, utilisé au sein de l'UE et des Etats membres (et par tout autre Etat qui le souhaite)
Proposition : La compatibilité des systèmes et des fichiers est un enjeu stratégique et économique. Afin de faciliter les échanges, le Parti Pirate souhaite que les administrations européennes et nationales des pays membres de l'UE utilise le même OS basé sur linux (je n'ai pas les compétences pour choisir entre Ubuntu, Debian ou un autre système).

Ceci aurait les avantages suivants :

- compatibilité totale entre les dossiers de l'UE et des Etats membres.

- logiciel libre et gratuit, loin des soucis et des coûts les logiciels privateurs (indépendance).

- affirmation de l'UE comme zone informatique neutre (et libre).

- amélioration de la visibilité des logiciels libres et de leurs intérêts démocratiques.

- proposer à l'ONU de profiter de ce système.
Argumentaire
Budget prévisionnel : Aucune idée. Il faudrait bien sûr créer un OS stable et performant. Mais j'imagine qu'il reviendra rapidement moins cher que l'ensemble des licences achetées par l'UE et ses Etats membres. Tuxun: le budget n'est pas de l'argent mais du temps. Le libre n'est pas gratuit, il est juste payable... en temps.
Utopique (pour) : Dystopique (contre) : Il n'y a rien à créer, juste valider le fait que nous voulons utiliser du logiciel libre comme base de notre système informatique administratif, ET éducatif, qu'il soit européen ou français. Tuxun: On a les outils, il manque l'usage et ca vient pas du manque d'outil dans ce cas là ;) c.f. OS Souverain
Document optionnel :
Lien vers le débat :
En attente Dossier OK Soutiens OK AGD
Nomenclature : informatique
Avis :
Récupérée de « https://wiki.partipirate.org/index.php?title=AGD2016/Propositions_amendements_au_programme&oldid=27983 »