Le contenu de cette page est potentiellement obsolète.

Le wiki sert d'archive et certaines pages ne représentent plus la vision actuelle du Parti Pirate. Pour connaître les positions des Pirates, aujourd'hui, vous pouvez consulter :

Et pour toute autre question, vous pouvez nous contacter et discuter avec nous :

contact@partipirate.org | @PartiPirate sur Twitter | Parti Pirate sur Facebook | Discourse (espace libre d'échanges et discussions) | Discord (espace d'échanges instantanés textuel et vocal)

Différences entre les versions de « CEEP/2019/Droits Humains à l’Ère Numérique - Recherche dans le domaine de la sécurité »

De Wiki du Parti Pirate
Aller à la navigation Aller à la recherche
 
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[CEEP/2019|Programme Commun des Partis Pirates Européens 2019]] > [[CEEP/2019/Droits_Humains_à_l’Ère_Numérique|Droits Humains à l’Ère Numérique]]
[[CEEP/2019|Programme Commun des Partis Pirates Européens 2019]] > [[CEEP/2019/Droits_Humains_à_l’Ère_Numérique|Droits Humains à l’Ère Numérique]]
Les pirates soutiennent le financement de la recherche par l’intermédiaire de l’Union européenne. Toutefois, la participation fréquente d’agences gouvernementales à des opérations de surveillance et de filtrage telles que INDECT et CleanIT montre clairement leur intention d’utiliser ces technologies de manière à en faire des outils publics de démantèlement des droits civils. Nous affirmons par conséquent que l'UE ne doit pas financer des technologies qui limitent les droits fondamentaux.

Version actuelle datée du 19 février 2019 à 19:55

Programme Commun des Partis Pirates Européens 2019 > Droits Humains à l’Ère Numérique

Les pirates soutiennent le financement de la recherche par l’intermédiaire de l’Union européenne. Toutefois, la participation fréquente d’agences gouvernementales à des opérations de surveillance et de filtrage telles que INDECT et CleanIT montre clairement leur intention d’utiliser ces technologies de manière à en faire des outils publics de démantèlement des droits civils. Nous affirmons par conséquent que l'UE ne doit pas financer des technologies qui limitent les droits fondamentaux.